AccueilÉDITO

On peut désormais poster tout un film en un seul gif hypnotique sur Twitter

Publié le

par Thibault Prévost

Pour illustrer l'énorme amélioration opérée par Twitter, qui permet désormais d'insérer des gifs de 15 mégaoctets, des utilisateurs ont compressé des films entiers.

Cela ne vous dit peut-être rien mais hier, Twitter a annoncé une augmentation de la taille maximale des gifs intégrés, qui passe de 5 à 15 mégaoctets.  Une information qui peut paraître totalement anecdotique au premier abord, les utilisateurs des réseaux sociaux étant rarement curieux de savoir comment fonctionne la "série de tubes" qu'ils utilisent pourtant en permanence sous l'appellation d'Internet. Néanmoins, cette nouvelle limite pourrait bien modifier radicalement la définition que nous avons aujourd'hui du gif, de même que son utilisation.

Pour l'illustrer de manière ludique, l'ex-ingénieur de Twitter Ian Chan a aussitôt publié un gif contenant... Matrix. Une version dégueulasse, sans son et ultra-accélérée, certes, mais l'intégralité du film tout de même, dans un gif de plusieurs dizaines de secondes. Depuis, raconte The Verge, d'autres utilisateurs se sont amusés avec la nouvelle fonctionnalité, en partageant des épisodes de série, des clips et des animes. Pour le moment, la nouvelle fonctionnalité, qui nous promet donc des gifs plus longs, plus lourds et en plus haute définition, ne semble disponible qu'aux États-Unis et n'est pas compatible avec les modules TweetDeck et HootSuite.

Chargement du twitt...

Avec cette amélioration, Twitter se positionne un peu plus en faveur du gif, et semble définitivement vouloir modifier son expérience utilisateur. Après  avoir enfin défoncé sa sacro-sainte limite des 140 caractères et proposé des vidéos de 140 secondes, le réseau social continue de diversifier nos moyens d'expressions en encourageant désormais le gif dans toute sa créativité. Peut-être qu'un jour, dans l'un des futurs alternatifs qui nous attendent, le gif aura remplacé la communication verbale sur Internet. Peut-être que, dans un autre, nous nous lasserons de ces vidéos qui n'en finissent plus de tourner, encore, ad nauseam. En attendant, Twitter a choisi son camp.

À voir aussi sur konbini :