featuredImage

Turquie : la réponse des femmes face au conseil de ne pas "rire fort en public"

En conseillant aux femmes de ne pas rire à gorge déployée en public, le vice-Premier ministre turc a déclenché de nombreux fous rires sur les réseaux sociaux.

Après avoir dénoncé – entre autres – l'utilisation abusive des téléphones portables par les femmes et promulgué des conseils pour vivre une vie prude à souhait, le vice-Premier ministre turc Bulent Arinç, membre du gouvernement islamo-conservateur, a osé lâcher lundi 28 juillet :

Une femme doit conserver une droiture morale, elle ne doit pas rire fort en public.

Une dérive du parti au pouvoir assez maladroite à quelques jours du premier bulletin pour les élections présidentielles. Alors que pour la première fois, le vote se fera au suffrage universel – le président était élu jusque-là au suffrage indirect par les députés – de tels propos inquiètent. Surtout lorsque l'on apprend que, sans grande surprise, Recep Tayyip Erdogan, à la tête du pays depuis 12 ans, devrait remporter haut la main le futur scrutin.

Sur Twitter, les femmes explosent de rire

Ces quelques paroles ont bien évidemment provoqué une avalanche de réactions dénonçant à la fois un régime aux allures totalitaires et une intervention de plus en plus flagrante du gouvernement dans la sphère privée. Sur les réseaux sociaux, certaines femmes ont choisi la carte de l'humour. En effet, pour riposter elles sont nombreuses à avoir posté des photos d'elles riant aux éclats, accompagnées des hashtag #kahkaha qui signifie "rire" en turc, #direnkahkaha ("rire résistant") et #direnkadin ("femme résistante").

Par exemple, trois générations de femmes posent et rient ensemble :

Les Femen de Turquie n'ont pas tardé à répondre non plus :

Didem des Femen Turkey proteste contre le vice-Premier Ministre turc qui a dit que les femmes ne devraient pas rire en public.

NOUS RIONS DE TOI, MEC !

Quelques hommes se sont également ralliés à la cause, comme ce présentateur télé, apparemment très connu en Turquie. Ils ironisent en disant que si les femmes n'ont pas le droit de rire, les hommes n'ont pas le droit de pleurer lorsqu'ils sont en public.

Et parce que la campagne se déroule aussi sur les réseaux sociaux, Ekmeleddin Ihsanoglu, le principal rival de Erdogan au scrutin présidentiel, n'a pas manqué de soulever la bêtise de ces propos en déclarant qu'entendre le rire joyeux des femmes et de la population, c'est ce dont la Turquie a besoin, plus que tout autre chose.

La réaction de ces femmes est donc plutôt bienvenue puisqu'elles montrent à quel point de tels conseils sont absurdes. En attendant, on rit quand même jaune.

Par Anaïs Chatellier, publié le 30/07/2014

Copié