AccueilÉDITO

Vidéo : des jeunes trans et leurs parents racontent leur histoire

Publié le

par Anaïs Chatellier

Depuis début août, la campagne "Truth" donne la parole à des jeunes trans et à leur famille pour sensibiliser l'opinion publique.

Alors que les personnes trans sont toujours plus médiatisées, le Transgender Law Center en collaboration avec le GSA network a eu la bonne idée de lancer une campagne de sensibilisation pour "susciter l'empathie, la compréhension et inciter les jeunes trans à partager leurs histoires à leur manière".

Intitulée "Truth", contraction de Trans et Youth – "Jeunesse trans" en français – cette initiative repérée par Madmoizelle donne avant tout la parole aux jeunes trans et non-binaires qui ont su, pour la plupart dès le plus jeune âge, que leur identité de genre différait de celui qui leur avait été assigné à la naissance. Leurs parents sont aussi là pour témoigner, inciter les parents d'enfants trans à s'intéresser à la spécificité de leur progéniture et rappeler que le plus important c'est d'accepter son enfant tel qu'il est.

Des témoignages touchants

"J'ai su que j'étais une fille quand je suis sortie du ventre de ma mère et je ne comprenais pas pourquoi on me disait que j'étais un petit garçon", commence à raconter Zoey, 13 ans. Si elle en a discuté bien des années plus tard à sa famille, Ofelia sa maman a su dès l'âge de 4 ans que son enfant était transgenre. Alors que Zoey subit régulièrement les moqueries de ses camarades et de ses professeurs, sa mère a toujours été là pour la soutenir.

"Être le parent d’un enfant trans demande beaucoup de force et de courage. Ça arrive de se lever dans la nuit et d'angoisser en pensant à l'avenir de son enfant. L'important c'est de rester fort, de défendre son enfant et de l'aimer tel qui est", conseille-t-elle face caméra.

La plupart des jeunes interviewés ont eu cette chance d'être soutenus par leurs parents, ce qui est loin d'être le cas de toutes les personnes trans. Pour Catherine, la mère d’Ashton, 17 ans, ça n'a pourtant pas été facile au début, confie-t-elle. "J'ai dû m'habituer à changer de pronom pour m'adresser à lui, parler à la famille, éduquer les personnes autour de lui pour qu'il le traite avec respect". Car Ashton a su très tôt également que son identité ne collait pas avec son sexe.

Quand j'étais en CP et que les profs séparaient les filles des garçons, je détestais vraiment ça parce que je ne savais pas où je devais aller. J'ai mis plusieurs années à le dire à mes parents et quand je l'ai fait, ça a été la chose la plus libératrice de toute ma vie.

Le plus grand rêve de sa mère serait que tous les trans puissent vivre leur vie pleinement, sans discrimination. Car avant d'être qualifiés de trans, ces jeunes sont des personnes qui ne demandent qu'à être considérées comme des gens normaux. C'est le message que souhaite diffuser Danny, 15 ans, qui se considère non-binaire : "Je ne suis pas binaire mais en fin de compte je suis une enfant normale avec une vie normale, qui essaie de se faire des amis et de passer du bon temps".

Pour voir davantage de vidéos, rendez-vous sur le site du Transgender Law Center. 

À voir aussi sur konbini :