"Elle n’est pas seule" : la tribune d’une centaine de journalistes en soutien à Nadia Daam

Dans une tribune commune à plusieurs médias, des dizaines de journalistes dénoncent le harcèlement violent dont Nadia Daam est victime depuis sa chronique attaquant les cyberharceleurs du forum 18-25 de Jeuxvideo.com.

Il y a une semaine, Clara Gonzales et Elliot Lepers lançaient un 06 à donner aux relous trop insistants pour s’en débarrasser — et leur donner une leçon sur le consentement. L’initiative, basée sur le numéro américain mis en place par le site féministe The Mary Sue, rencontrait un succès immédiat. Mais le lundi 30 octobre, une vague d’attaques coordonnées de membres du forum 18-25 de Jeuxvideo.com obligeait ses créateurs à le désactiver temporairement.

Ils ont reçu plus de 20 000 messages d’insultes sur la ligne, parallèlement à une campagne de harcèlement. "Plusieurs dizaines de messages de haine, et notamment des menaces de mort, ont également été publiés sur Twitter et d’autres plateformes à notre encontre", ont expliqué Clara Gonzales et Elliot Lepers dans un communiqué.

"Le problème, comme souvent avec le harcèlement, c’est l’impunité des auteurs"

Ils ont tous les deux interpellé Twitter et Webedia, société éditrice du site Jeuxvideo.com, sans grand succès. Et ont rapporté être poursuivis jusqu’à leurs domiciles.

Ce 1er novembre, la journaliste Nadia Daam a fustigé à ce sujet les comportements des deux sociétés lors de sa chronique matinale sur Europe 1, le "Coup de patte" :

"Le problème, comme souvent avec le harcèlement, c’est l’impunité des auteurs. Alors qu’il était alerté hier à ce sujet, le patron de Webedia, société éditrice du forum, a argué que ces attaques étaient simplement 'l’expression de la jeunesse'."

Elle a ensuite été elle aussi la cible d’une vaste campagne de menaces en tous genres et d’insultes violentes, un comportement habituel pour les membres du forum 18-25 ans de Jeuxvideo.com. Cela fait des années que leurs vagues de harcèlement violent sont dénoncées par des journalistes qui en sont victimes.

En 2014, le site madmoiZelle rapportait par exemple qu’une "escalade de violence préoccupante" l’avait visé. Une vague similaire à celle qui avait ciblé Marie Kirschen en février dernier après son article "J’ai vérifié les poches pour hommes et femmes de 6 magasins et on se fait arnaquer" sur BuzzFeed, ou encore Anaïs Condomines après son article sur LCI en janvier "Cyberharcèlement et 'raids' antiféministes sur le forum 18-25 de Jeuxvideo.com : 'cela a assez duré'".

Ce vendredi 3 novembre, plus d’une centaine de journalistes de différents médias ont signé une tribune, publiée simultanément sur Libération, Slate et Rue89, pour dénoncer ces comportements inadmissibles.

"Nous, femmes et hommes, consœurs et confrères de Nadia Daam…"

Ils et elles reviennent sur les détails du harcèlement gravissime dont Nadia Daam est victime, des "Attaques contre ses comptes électroniques, injures pornographiques, menaces de mort, menaces de viol, menaces sur son enfant, tentative d’intrusion à son domicile au milieu de la nuit". Et lui apportent leur soutien :

"Nous, femmes et hommes, consœurs et confrères de Nadia Daam, et pour certains ses amies et amis, voulons simplement dire aux brutes qui la persécutent, qu’elle n’est pas seule, que nous pensons, comme elle, qu’ils sont des êtres lâches, minables et méprisables, et que nous attendons patiemment, mais avec confiance, que la police et la communauté même du Web les mettent hors d’état de nuire.

Et s’ils veulent frapper la nuit à nos portes, nous sommes nombreux."

Europe 1 a parallèlement déclaré qu’elle avait porté plainte pour "menace de crime contre les personnes" dans une antenne de police du 8e arrondissement de Paris ce jeudi 2 novembre.

Par Mélissa Perraudeau, publié le 03/11/2017