AccueilÉDITO

Le meurtrier de Trayvon Martin vend aux enchères l'arme avec laquelle il l'a abattu

Publié le

par Théo Chapuis

L'homme qui avait tué un adolescent de 17 ans en 2012, déclenchant le mouvement Black Lives Matter, vend aux enchères l'arme à feu qu'il avait utilisée, la décrivant comme "une icône".

L'arme à feu qui a servi à abattre Trayvon Martin, un Kel-Tec PF-9. (© Gunbroker.com)

"Jusqu'où peut-on aller dans la saloperie ?", voilà peut-être la question qui a guidé le meurtrier de Trayvon Martin à faire à nouveau parler de lui. Du moins est-on en droit de se poser la question. George Zimmerman, volontaire d'un groupe de surveillance citoyenne et responsable de la mort d'un jeune Afro-Américain le 26 février 2012 à Sanford, en Floride, vend désormais aux enchères le 9 millimètres qui lui a servi à abattre l'adolescent de 17 ans.

Il propose son flingue au plus offrant sur le site Gunbroker.com. Pas gêné pour un sou, George Zimmerman décrit l'arme comme "une icône parmi les armes à feu américaines", celle qui lui a servi "à défendre [sa] vie et arrêter l'attaque brutale de Trayvon Martin". Il ne coûte rien de rappeler que bien qu'il y ait effectivement eu altercation physique entre les deux hommes, Trayvon Martin n'était, lui, pas armé au moment des faits.

"Mettre fin à la rhétorique anti-armes à feu de Hillary Clinton"

D'après le tueur, "une portion" de l'argent récolté servira à "combattre les violences de Black Lives Matter contre l'application de la loi" et à "garantir la fin de la carrière de persécution d'Angela Corey et de la rhétorique anti-armes à feu de Hillary Clinton" – bien qu'il ne s'étende pas sur les moyens de le faire. Angela Corey est la procureure désignée par le gouverneur de l'État de Floride pour enquêter sur les circonstances du décès de Trayvon Martin.

Interrogée par un média de Floride, la famille de la victime a balayé la nouvelle de cette vente de ces mots : "La fondation Trayvon-Martin est engagée dans sa mission d'endiguer la violence des armes à feu aux États-Unis. Pendant la période électorale, nous sommes plus que concentrés sur cette mission."

Portrait de Trayvon Martin, le jeune homme abattu par Zimmerman (© DR)

Sur le site de vente de flingues aux enchères, le message de George Zimmerman s'achève de façon aussi absurde qu'il commence : "C'est l'opportunité pour vous de détenir un morceau de l'histoire américaine [...] Si vis pacem para bellum", soit, en latin, "Si tu veux la paix , prépare la guerre". Dire que George Zimmerman a du toupet est un cruel euphémisme.

Point de départ de Black Lives Matter

Alors que George Zimmerman est déclaré non coupable par la cour le 13 juillet 2013, ce verdict déclenche une vague d'émotion aux États-Unis, mais aussi dans le reste du monde. On relie l'amorce du mouvement Black Lives Matter à l'indignation qu'a provoquée l'issue du procès de Zimmerman, que nombre d'Américains ont pris pour de l'impunité.

Le mouvement a organisé de nombreuses manifestations dans tout le pays pour protester contre le racisme et les violences policières disproportionnées envers les Noirs. Plus tard, la mort de Freddie Gray à Baltimore, d'Eric Garner à New York ou encore de Michael Brown à Ferguson amplifiera le mouvement. Des musiciens populaires comme Beyoncé ou Kendrick Lamar lui donneront une chambre d'écho artistique, notamment au Super Bowl.

À lire -> Pourquoi une nouvelle génération d'artistes américains embrasse la cause noire

À voir aussi sur konbini :