@https://pixabay.com/fr/metro-paris-transport-france-2611115/

Transports en commun : plus de 260 000 victimes d’atteintes sexuelles en deux ans

Selon l’étude de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales, les victimes sont essentiellement des femmes, plutôt jeunes.

© Pixabay.

Ce mercredi 20 décembre, une étude inédite de l’Observatoire national de la délinquance et des réponses pénales (ONDRP) sur les atteintes sexuelles dans les transports en communs a mis des données précises sur un phénomène bien connu.

Publicité

Comme le rapporte Le Figaro qui a eu la primeur des résultats, les chercheurs ont travaillé d’après l’enquête "Cadre de vie et sécurité", réalisée avec l’Insee, ainsi qu’avec la base de statistiques de la sous-direction régionale de la police des transports de la préfecture de police de Paris. Ils en ont tiré des statistiques relatives aux atteintes sexuelles commises "sur une période deux ans", entre 2014 et 2015.

85 % des victimes sont des femmes

Sur cette période, ce sont au moins 267 000 personnes qui ont été victimes d’atteintes sexuelles, une "estimation basse" selon l’ONDRP. 94 % d’entre elles ne connaissaient pas leur agresseur. Et les victimes sont essentiellement des femmes, pour 85 % d’entre elles, dont quasiment la moitié (44 %) l’ont été à plusieurs reprises comme Le Monde le rapporte.

La nature de ces atteintes relève très majoritairement d’agressions sexuelles, comme l’explique l’Observatoire :

Publicité

"Près de 160 000 ont subi des gestes déplacés (notamment des baisers forcés ou des caresses) et plus de 110 000 ont subi des exhibitions. Plus de 160 000 ont subi d’autres actes tels que des attouchements sexuels, ou des rapports sexuels ou tentatives de rapports sexuels non désirés."

Les plus exposées sont les jeunes femmes : en France métropolitaine, le taux de victimation des femmes ayant de 18 à 21 ans atteint 2,3 %. Le taux est relativement stable jusqu’à 30 ans, âge après lequel il diminue pour atteindre 0,3 % pour les femmes de plus de 45 ans.

Des atteintes différentes pour les hommes

Sont particulièrement exposées les jeunes Franciliennes, puisque 60 % des femmes victimes d’atteintes sexuelles dans les transports en commun vivent en Île-de-France. Ce sont au total 7,6 % des Franciliennes âgées de 18 à 21 ans qui affirment avoir subi ces atteintes.

Publicité

L’étude souligne enfin une différence entre les atteintes dont les femmes sont victimes et celles qui visent des hommes. Les deux tiers des femmes victimes subissent "un contact physique avec l’auteur", tandis que les hommes, qui ne représentent donc que 15 % des victimes, sont exposés à des exhibitions (52 % des atteintes les visant).

Par Mélissa Perraudeau, publié le 21/12/2017

Copié

Pour vous :