Tinder ne veut plus de vos selfies avec des tigres

L’application demande à ses utilisateurs d’arrêter de se prendre en photo avec les animaux retenus en captivité.

Tinder, la célèbre application de dating que l’on ne présente plus, vient de prendre position contre les photos de profil qui montrent ses utilisateurs avec des tigres. Quelques jours avant la Semaine internationale des tigres, le groupe a publié un communiqué sur lequel on peut lire :

"L’heure des selfies avec des tigres est révolue. Le plus souvent, ces photos exploitent de magnifiques créatures violemment retirées de leur habitat naturel pour être mises en captivité. Les animaux sauvages méritent de vivre en pleine nature."

Publicité

Le compte Instagram Tinder guys with tigers a été créé par Peta pour répertorier les utilisateurs qui se servent de ces selfies pour séduire. L’organisation de défense des animaux s’en est servie pour interpeller l’application de rencontres en ligne, pour qu’elle réagisse sur le sujet.

Publicité

Nap time tiger. #tinderguyswithtigers

A post shared by @tinderguyswithtigers on

Ce type d’attraction touristique met en danger les animaux, enlevés à leur mère à la naissance avant d’être mis en cage et drogués pour qu’ils restent calmes. Selon le site The Dodo, quand ils atteignent leur taille adulte et deviennent trop difficiles à gérer, les tigres sont souvent envoyés à des organisations peu scrupuleuses ou tués pour leur carcasse et leur peau.

Les défenseurs des animaux dénoncent régulièrement l’utilisation des animaux sauvages pour amuser les touristes. Rien qu’aux États-Unis, WWF estime à 5 000 le nombre de tigres qui vivent en captivité dans des zoos ou chez des particuliers, quand ils ne sont que 3 200 en liberté dans la nature.

Publicité

Tinder semble désormais vouloir s’impliquer sérieusement dans le combat contre ces pratiques, et s’est engagé à faire don de 10 000 dollars, soit 8 470 euros, à l’initiative Project Cat, qui vise à préserver l’environnement des tigres en Inde et au Bhoutan.

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

Par Shima Begum, publié le 08/08/2017

Pour vous :