AccueilÉDITO

Contre Daech, l'Italie veut offrir à chaque jeune 500 euros de culture

Publié le

par Inès Bouchareb

Répondre à la terreur par l'art et la culture : c'est la proposition de Matteo Renzi, président du Conseil italien.

Matteo Renzi, lors de son discours au Capitole, le 24 novembre 2015. (Source : Gouvernement italien)

Deux semaines après les attentats qui ont frappé Paris et Saint-Denis, Matteo Renzi, chef du gouvernement italien, a annoncé une série de mesures en réponse à la guerre déclarée par Daech à la culture européenne.

Lors d'un discours prononcé au Capitole le 24 novembre et intitulé "Italie, Europe : une réponse à la terreur", il a ainsi expliqué :

Les attentats de Paris ont marqué un saut qualitatif dans le combat des cultures. Ce sont des cibles collectives qui ont été visées, des lieux de la vie quotidienne, symboles d’une génération qui a toujours connu ces valeurs fondamentales de paix et de liberté.

Un euro pour la sécurité = un euro pour la culture

Le président du Conseil italien promet, entre autres, un investissement d'un milliard d'euros dans la sécurité. Un autre milliard sera alloué à la culture. Soit deux milliards de plus prévus dans le budget de 2016. Dans ce discours prononcé mardi 24 novembre dernier, il s'engage :

Pour chaque euro de plus investi dans la sécurité, il doit y avoir un euro investi dans la culture. Il ne peut y avoir une réponse seulement sécuritaire. Parce que nous ne serions plus libres si nous nous enfermions dans la noirceur de nos peurs. Il faut investir dans la sécurité, bien sûr. Mais, en même temps, nous rappeler qui nous sommes et donc investir aussi dans l’innovation, la culture et le sport.

Ainsi, un demi milliard d'euros sera consacré à la cyber-sécurité et à la modernisation des forces de police. Les 500 millions restants iront aux forces armées italiennes. D'autre part, les grandes villes et leur périphérie bénéficieront aussi de 500 millions d'euros pour des projets d’intervention sur les banlieues.

Une carte culture de 500 euros pour chaque jeune de 18 ans

Sur le plan culturel, les 500 millions d'euros restants financeront des bourses d'études ainsi qu'une "carte culture" d'une valeur de 500 euros, offerte à chaque jeune au moment de sa majorité. Les Italiens pourront désormais consacrer une part de leurs impôts au financement d'une association culturelle.

Ils sèment la terreur, nous répondons par la culture. Ils détruisent les statues, nous aimons l'art. Ils brûlent les livres, nous sommes le pays des bibliothèques. Nous ne changerons jamais notre mode de vie.

Si les paroles sont belles, la question est désormais du financement de cet acroissement des dépenses gouvernementales pour l'année 2016. L'idée, comme le souligne La Tribune, "retarder d'un an une diminution de l'impôt sur les bénéfices des entreprises, auparavant annoncée".

À voir aussi sur konbini :