AccueilÉDITO

La Terre bat le record de chaleur sur douze mois... neuf fois de suite

Publié le

par Thibault Prévost

Crédit: Flickr/ CC

Alors que 2014 et 2015 ont marqué des records de chaleur sur le globe, les neuf dernières périodes de douze mois ont toutes été les plus chaudes mesurées.

Crédit: Flickr/ CC

Les chiffres continuent de s'amonceler et la certitude se solidifie d'année en année : nous vivons déjà avec les conséquences de réchauffement climatique. Alors que les deux dernières années mesurées ont battu le record historique de chaleur depuis 150 ans et que 2016 se dirige à son tour tout droit vers le titre, deux météorologues britanniques ont compilé les données climatiques sous un angle différent, pour illustrer d'autant mieux la réalité du changement de paradigme de température.

Au lieu d'utiliser, comme c'est le cas habituellement, le référentiel de l'année qui court du 1er janvier au 31 décembre, les chercheurs se sont penchés sur les périodes de douze mois consécutifs.

Les résultats, compilés par le Guardian, sont édifiants. La période de juin 2015 à mai 2016 détient l'actuel record historique de chaleur. Celle de mai 2015 à avril 2016 détient le précédent, et ainsi de suite sur les neuf dernières périodes consécutives. Il n'a jamais fait aussi chaud sur Terre que ces vingt derniers mois, du moins depuis que l'on s'est mis à noter les températures scientifiquement.

Cela signifie que non seulement le réchauffement climatique est bien là, mais qu'il progresse à une vitesse alarmante, comme prévu dans les modèles des climatologues.

Certes, rappelle le Guardian, l'année 2015 a été placée sous l'augure d'un El Niño historique qui, en réchauffant les eaux du Pacifique, a collé un coup de chaud à toute la planète. Ce n'est pas la première fois que cette situation se produit : en 1997, une édition monstrueuse d'El Niño était déjà passée par là et, comme aujourd'hui, les températures planétaires s'étaient élevées comme jamais entre octobre 1997 et août 1998.

Tout va bien, alors ? Pas vraiment. Les températures de 1997-1998, historiquement hautes, pointent désormais à la 60e place du classement des températures. Entre 1997 et 2016, les températures ont augmenté de 0,3°C. On se répète, mais la COP21 a intérêt à tenir ses promesses.

À voir aussi sur konbini :