La tendance Fatkini veut tuer les complexes à la plage

Depuis quelques jours, le hashtag Fatkini envahit les réseaux sociaux : les femmes rondes s'affichent en maillot deux pièces, fières et décomplexées.

Qui a dit que le bikini était un privilège exclusivement réservé aux silhouettes filiformes sur la plage ? Pas les filles qui ont lancé la tendance Fatkini en tout cas. Initié en Angleterre et aux Etat-Unis, le mouvement qui consiste à revendiquer zéro complexe en s'affichant vêtue d'un maillot de bain deux pièces prend de l'ampleur sur les réseaux sociaux.

A la base, le terme "Fatkini", contraction de "Fat" (grosse) et "bikini" est une invention de la blogueuse américaine Gabi Gregg. La jeune femme a créé son blog Gabifresh en 2008 à la fin de ses études en journalisme de mode pour parler de sujets qui lui tiennent à coeur. Parmi eux, le manque de choix dans les vêtements grande taille. Car la jeune femme fait une taille 18 US (50 en France) et peine à trouver des vêtements à son goût qui épousent ses formes. C'est en cherchant un maillot pour l'été que Gabi s'est rendue à l'évidence : aucun de ceux proposés par les magasins spécialisés ne lui plaisaient.

Publicité

xxx

La collection de Gabi Gregg pour Swimsuits for All

C'est ainsi qu'elle a décidé de créer elle-même celui de ses rêves : un maillot de bain deux pièces adapté aux grandes tailles qui aiment la mode et assument leur corps. Elle s'est donc associée à la marque de maillots de bain Swimsuits for All, et a ainsi déclenché une tendance qu'elle n'a sûrement pas vu venir sur les réseaux sociaux.

Des formes généreuses revendiquées

Mardi 12 août, aux côtés des hommages émus à Robin Williams, Twitter a été inondé par le hashtag #fatkini, qui s'est même hissé parmi les sujets les plus commentés. De même, Instagram a vu depuis plusieurs semaines l'apparition de naïades aux courbes généreuses au milieu de son traditionnel flux de photos estivales.

Publicité

Je me souviens que je suis arrivée devant le rayon plus-size du Forever 21 de San Francisco, et j'y ai vu pour la première fois de ma vie un bikini. Je me suis immédiatement mise à pleurer. C'est devenu le symbole d'un changement dans les mentalités. Pour nous aujourd'hui, le bikini est une façon de faire passer un message.

Cette déclaration rapportée par le Huffigton Post, est celle de Virgie Tovar, une auteure américaine et une des activistes les plus connues des États-Unis sur la question du fat-shaming [discrimination en fonction du poids de la personne, ndlr]. En lançant ce hashtag avec ses consoeurs, elle espère pouvoir bousculer les règles strictes édictées par la mode depuis des années.

Publicité

Comme tout mouvement de revendication, Fatkini a ses détracteurs. Mais lorsque l'on remonte le feed du hashtag sur Twitter, on se rend vite compte que les remarques parfois grossières de ces internautes sont vite noyés au milieu de centaines de messages de soutien et d'encouragement.

Publicité

Par Constance Bloch, publié le 14/08/2014

Pour vous :