(source : Wikipedia commons)

Sarkozy aurait reçu en main propre des millions d'euros de la part de la Lybie

L'homme d'affaires Ziad Takieddine affirme avoir donné des mallettes pleines d'argent libyen à Nicolas Sarkozy et Claude Guéant, pour la campagne présidentielle de 2007.

Certains l'annoncent déjà comme la plus grosse affaire politique de la Ve République. Ce qui est sûr, c'est que Sarko s'est mis dans un sacré foutoir. Mediapart publie ce mardi 15 novembre un entretien de 16 minutes avec l'homme d'affaires franco-libanais Ziad Takieddine, dans lequel il affirme avoir "remis trois valises d'argent libyen à Guéant et Sarkozy". Ouch.

Pour faire court, on va tenter de résumer la situation en moins de dix lignes :

Publicité

Retour en 2006 : Nicolas Sarkozy est ministre de l'Intérieur et il louche avec insistance sur le poste de président de la République, qui doit se libérer en mai 2007. Oui, mais voilà : une campagne, ça coûte cher – 22,5 millions d'euros officiellement. Et les sous doivent uniquement venir de deux sources : l'État (subventions) ou des personnes privées (maximum 4 600 euros de dons par personne). Un peu fâché par ce système ultra-fliqué, Nicolas Sarkozy aurait décidé de profiter de ses bonnes relations avec le gouvernement libyen pour se faire livrer, en douce, des valises pleines de billets. Pratique ! Mais totalement illégal.

DAVOS/SWITZERLAND, 27JAN11 - Nicolas Sarkozy, President of France, gestures during the session 'Vision for the G20' at the Annual Meeting 2011 of the World Economic Forum in Davos, Switzerland, January 27, 2011. Copyright by World Economic Forum swiss-image.ch/Photo by Moritz Hager

Nicolas Sarkozy, en 2011, à Davos. (© Moritz Hager/CC/Flickr)

Comme vous pouvez vous en douter, les sommes convoyées dépassent de (très très) loin le montant de 4 600 euros imposé par la Commission nationale des comptes de campagne et des financements politiques pour les particuliers. D'après les aveux, devant la Cour pénale internationale (CPI), de l'ancien chef du renseignement militaire libyen, Abdallah Senoussi, ce ne sont pas moins de 5 millions d'euros qui auraient transité depuis ses services en Libye jusqu'en France. Au centre du système : l'homme d'affaires Ziad Takieddine.

Publicité

Pourquoi lui ? Depuis des décennies, il est un peu le "monsieur Libye" du gouvernement français. C'est lui qui a présenté Nicolas Sarkozy à Mouammar Kadhafi, le dictateur déchu en 2011. Il facilite la coopération entre les deux gouvernements, organise des signatures de contrats pétroliers et sécuritaires, fait se rencontrer les bonnes personnes et... transporte des mallettes. Sa mission en 2006 : prendre l'avion plusieurs fois en l'espace de quelques-mois, avec une petite valise de plusieurs millions d'euros en bagage à main. Facile.

"Il sait très bien de quoi il s'agit"

L'intermédiaire raconte l'une de ses arrivées à l'aéroport  :

"Je passe comme les passagers passent la douane, normal. Je monte dans ma voiture, téléphone à monsieur Guéant [directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy à l'époque] et il me donne rendez-vous immédiatement au ministère de l'Intérieur. Là-bas, je sors de la voiture avec la valise et je rentre par la porte principale. Je donne mon nom, je sais que je suis attendu, je rentre directement et on m'accompagne chez monsieur Guéant. [...] Je laisse la valise dans le bureau, à côté de l'armoire, à lui de se débrouiller. [...] Il sait très bien de quoi il s'agit".

Publicité

Une scène digne de l'intro d'un vieux James Bond, dont on peine à croire qu'elle se passe en pleine journée, dans les couloirs de la République ! Ziad Takieddine affirme avoir réalisé trois fois des transferts de ce type, transportant à chaque fois entre 1 et 2 millions d'euros, en billets de 500 et de 200. Au cours de ses deux premiers voyages à Paris, il rencontre donc Claude Guéant face à face.

(capture d'écran YouTube)

Claude Guéant, ancien directeur de cabinet de Nicolas Sarkozy au ministère de l'Intérieur. (© RTL, via YouTube)

Mais la troisième fois, c'est Nicolas Sarkozy qu'il rencontre en personne, dans ses appartements du ministère, "en haut". Quand on lui demande si le ministre l'a vu déposer la valise contre le mur du salon, il répond avec un sourire : "Bien sûr". Un témoignage-bombe, qui incrimine directement l'ex-président pour financement illégal de campagne présidentiel.

Publicité

"J'ai déposé tous mes mémoires à la justice la semaine dernière, aujourd'hui je suis libre de parole. Parce que j'étais à l'intérieur, j'ai découvert des choses qui ne méritent plus d'être cachées. Je parle de 2006-2007, pour moi Sarkozy était encore un champion. Mais... [il écarte les bras]. Comment se fait-il qu'un type comme celui-là puisse prétendre encore une fois à la présidence de la République ? Le peuple français doit réagir, ça va exploser"

Il conclut en qualifiant, en tout simplicité, l'ensemble du système de mafieux : "même la mafia était un petit peu plus respectueuse que ça". Et le rôle de Nicolas Sarkozy dans cette histoire ? "La tête !".

Voilà qui a le mérite d'être clair.

Vous pouvez retrouver l'intégralité du témoignage de Ziad Takieddine ci-dessous :

Par Théo Mercadier, publié le 15/11/2016

Copié

Pour vous :