AccueilÉDITO

Opération abeille : les tatoueurs se mobilisent pour aider les victimes de l'attentat de Manchester

Publié le

par Amanda Adame

L’abeille travailleuse est l’un des symboles historiques de la ville de Manchester.

Après l’attaque qui a eu lieu lundi 22 mai à la Manchester Arena, à la fin du concert de la chanteuse américaine d’Ariana Grande, les tatoueurs locaux ont lancé l’initiative "Manchester Tattoo Appeal" : durant deux jours, les 28 et 29 mai, ils proposeront aux Mancuniens des tatouages d’abeilles pour 50 livres sterling (57 euros). Les bénéfices seront reversés aux victimes et aux familles touchées par cet attentat terroriste revendiqué par l’organisation État islamique.

Cette initiative a été lancée par Sam Barber, un tatoueur de Manchester qui a dessiné ce motif abeille. Son design a reçu un accueil très positif et s’est rapidement diffusé dans le reste du pays, et même jusqu’en Australie.

Pourquoi une abeille ? L’abeille travailleuse est l’un des symboles de Manchester, elle représente le passé ouvrier de la ville et l’esprit de solidarité qui animait les Mancuniens durant la révolution industrielle. Si l’on peut observer ce motif un peu partout en ville, il devient désormais un symbole d’espoir, emblème de la manière dont les habitants de Manchester ont su rester unis dans l’adversité.

"L’abeille ouvrière est un symbole de la ville de Manchester depuis 200 ans. Coopérative, endurante et communautaire. Notre unité reste notre plus grande force."

"Je pense que les gens ne savent pas quoi faire, et ils veulent faire quelque chose", explique Vent Brewer, manager d’un salon de tatouage, dans le journal local Manchester Evening News.

Si vous habitez au Royaume-Uni, rendez-vous sur Facebook pour trouver les coordonnées des salons où vous pouvez vous faire tatouer cette abeille.

Una publicación compartida de Dominique (@__dollllll) el

Una publicación compartida de Emma Mowbray (@mowbles) el

Una publicación compartida de DomManfredi (@domman93) el

A post shared by Jasmine (@jasminexhumphreys) on

A post shared by Vanessa Rowland (@nessy_888) on

Traduit de l’anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :