Pour réduire les déchets en plastique, Londres va installer de nouvelles fontaines publiques

Sadiq Khan, le maire de la capitale britannique, souhaite installer des fontaines à eau un peu partout dans la ville, afin d’inciter les Londoniens à utiliser des gourdes plutôt que d’acheter des bouteilles en plastique.

À Santa Fe, États-Unis. (© Robert Alexander/Getty Images)

Le maire de Londres, Sadiq Khan (Parti travailliste), souhaite s’attaquer au fléau des déchets en plastique en mettant à la disposition des Londoniens un réseau de points d’eau potable gratuits, un peu partout dans la capitale britannique. Le but est d’encourager les citoyens à remplir leur bouteille ou leur gourde, plutôt que de systématiquement acheter des bouteilles d’eau en plastique.

Cette mesure, présentée par le Guardian, consisterait notamment à équiper tous les parcs et les places publiques de fontaines. Le maire souhaite aussi que les commerces mettent leur eau courante à disposition des riverains, selon un modèle déjà expérimenté dans la ville de Bristol.

"Le maire souhaite voir une réduction de la quantité de bouteilles et de gobelets en plastique à usage unique à travers la capitale. Il a demandé aux agents de la mairie d’examiner la faisabilité d’un projet pilote de système de recharge en eau", a déclaré un porte-parole de Sadiq Khan.

Un million de bouteilles achetées chaque minute dans le monde

Ce projet est plus que nécessaire, dans la mesure où un million de bouteilles en plastique sont achetées en moyenne chaque minute dans le monde. La consommation annuelle mondiale devrait même dépasser les 500 milliards de bouteilles d’ici 2021. Selon certaines estimations, la plupart des déchets en plastique finissent dans des décharges ou dans la nature, quand seulement 14 % sont triés et 10 % sont recyclés.

Une sondage, réalisé au début de l’année au Royaume-Uni, encourage le plan du maire. Ses résultats montrent que 70 % des sondés souhaitaient avoir plus facilement accès à l’eau potable, et que 59 % déclaraient qu’ils auraient davantage le réflexe de réutiliser leurs anciennes bouteilles plutôt que d’en acheter de nouvelles si des points d’eau potables étaient plus facilement accessibles dans leur ville.

Espérons que Sadiq Khan passe à l’acte, contrairement à son prédécesseur, Boris Johnson, qui avait fait la même annonce en 2008, visiblement sans suite.

Par Jeanne Pouget, publié le 04/12/2017