Sur le site de Trump, l’erreur 404 était censée tacler Obama, mais son code est faux

Plusieurs sites des Républicains et de l’administration Trump contiennent le code d’une page d’erreur 404 censée critiquer Obama… mais le code est faux.

© Flickr

Si vous êtes fan de culture Internet, de code informatique et de Trump-bashing, ne bougez pas, on a une anecdote pour vous. Le 28 décembre, rapporte TechCrunch, le journaliste data du Washington Post Christopher Ingraham était tranquillement en train d’explorer le code HTML du site de Donald Trump (oui, les journalistes data ont des passe-temps bien à eux), quand il est tombé sur une étrange anomalie.

Publicité

Là, dans les méandres des commandes qui permettent au site de fonctionner, se trouve une fonction relative à l’erreur 404, cette erreur de redirection qui vous saute à la tronche lorsque la page Web demandée est introuvable, devenue au fil du temps un gimmick de la culture des Internets – et malheureusement rattrapée par la réalité depuis. Celle de Trump n’échappe pas à la règle.

Sauf qu’évidemment, en politique, rien n’est jamais inoffensif, alors l’équipe de communication numérique du président a eu la belle idée d’envoyer un tacle à la précédente administration dans les tréfonds de son code HTML. En cas d’erreur 404 sur le site de Trump, le message suivant aurait dû s’afficher : "Oups ! Quelque chose n’a pas fonctionné. Contrairement à Obama, nous essayons de régler le problème… et pas sur un cours de golf ;)."

Selon TechCrunch, qui s’est plongé dans les codes HTML d’autres sites affiliés aux Républicains, on retrouve le même texte sur d’autres sites, comme action.donaldjtrump.com (mais pas sur l’URL donaldjtrump.com), ainsi que sur plusieurs pages du parti Républicain dont sa page officielle, GOP.com. Mieux : pour ne pas se contenter d’une seule vanne, les facétieux programmeurs républicains ont apparemment inclus un second message d’erreur : "Qu’est-ce qu’Hillary Clinton et ce lien ont en commun ? Ils sont tous les deux pétés."

Publicité

Bon. On pourrait s’interroger longtemps sur la puérilité d’un tel easter egg, mais le plus savoureux est à venir : la commande est mal codée (elle ne possède qu’un seul signe "=" là où il en faudrait deux), ce qui fait que ce message ne s’affiche pas en cas d’erreur de redirection, laissant les usagers à une simple page blanche.

Si l’on ajoute à ça le fait que le président Trump n’est pas franchement le mieux placé pour vanner quiconque sur son temps passé à jouer au golf (selon le site Trump Golf Count, oui, ça existe, le président a déjà passé 85 jours sur le fairway, soit trois fois plus que son prédécesseur), on boucle une triste boucle d’incompétence, d’immaturité et de facepalm marinés dans la culture Web. Soyez gentils, les gars, laissez-nous nos codes humoristiques et retournez vous occuper de politique intérieure, merci.

Par Thibault Prévost, publié le 29/12/2017

Copié

Pour vous :