AccueilÉDITO

Elle se suicide en direct sur Periscope

Publié le

par Louis Lepron

Une image tirée de la série britannique Black Mirror

Une mise en scène virtuelle macabre.

Une image tirée de la série britannique <em>Black Mirror.</em>

Ce mardi 10 mai, dans l'après-midi, au passage d'un RER à Egly dans l'Essonne, une jeune femme s'est suicidée. Dans sa main, son smarpthone, avec Periscope ouvert. L'application, qui permet à n'importe quel utilisateur de filmer en direct, aurait été utilisée par la victime, âgée de 19 ans, selon une source judiciaire. Dans la foulée, une enquête, ouverte par le parquet d'Evry pour comprendre les tenants et aboutissants de l'affaire, a été confiée à la brigade de gendarmerie de Palaiseau.

Du côté de cette même source judiciaire, on affirme que "l'exploitation du téléphone et la récupération de la vidéo sont en cours". Plusieurs éléments ont été déjà été évoqués dans les médias : peu avant son décès, la jeune femme aurait envoyé un SMS à une proche. Aussi, selon les premiers éléments de l'enquête, elle aurait, au cours du direct Periscope, "évoqué un viol et désigné un agresseur". La source judiciaire reste encore prudente quant à la véracité et la réalité des faits.

Les gendarmes ont précisé qu'ils avaient été prévenus par un utilisateur de l'application, sans réussir à empêcher le suicide :

"Nous avons été alertés vers 16 h 30 par un utilisateur de Periscope qui était connecté avec la victime et nous disait qu'elle n'allait pas bien."

Periscope a par la suite supprimé de son flux l'enregistrement qui, normalement, a une durée de vie de 24 heures sur la plateforme et peut être directement relayé sur le compte Twitter (le réseau social a racheté l'application en 2015) de l'utilisateur.

Dans une vidéo, disponible sur YouTube, la jeune femme parle, alors qu'elle est chez elle, d'un contenu qui "n'est pas fait pour faire le buzz" mais "pour faire réagir les gens, ouvrir les esprits". Elle précise que "tant qu’on ne tape pas dans la provoc', les gens ne comprennent pas", "teasant" un évènement à venir.

Après un long silence au niveau de la caméra qui a enregistré le Periscope, un écran noir s'affiche. Les secours arrivent, des voix s'élèvent. Un pompier vient alors récupérer le smartphone tombé sur la voie. Un fait divers qui fait écho aux pires histoires d'une série comme Black Mirror, dont les scénarios des épisodes tournent autour d'éléments technologiques dystopiques.

À voir aussi sur konbini :