@https://www.instagram.com/p/BaMZyRhnVzD/?tagged=livstr%C3%B6mquist

featuredImage

Suède : des dessins sur les règles exposés dans le métro font réagir

Une exposition dans le métro de Stockholm a suscité de nombreuses critiques. L’objet de l’indignation ? Des illustrations de femmes ayant leurs règles.

Dans 90 des 100 stations de métro de Stockholm, les usagers et usagères peuvent profiter quotidiennement de l’exposition d’œuvres d’art. Dernièrement, celles de Liv Strömquist, une célèbre autrice suédoise de bandes dessinées féministes et satiristes, ont suscité un certain nombre de réactions.

Les illustrations ressemblent à celles de L’Origine du monde, publiée en 2014, dans laquelle elle s’attaquait aux tabous et idées reçues entourant le sexe féminin. Elles sont affichées à la station Slussen, dans le cadre de la célébration des 60 ans d’exposition d’art dans le métro de Stockholm.

"Tout va bien (je saigne juste)"

La série The Night Garden montre par exemple des femmes faisant du patin à glace tout en ayant leurs règles. Les images sont en noir et blanc, et ont une touche de rouge : le sang au niveau de leur entrejambe. L’une d’elles annonce : "It’s Alright (I’m Only Bleeding)" – "Tout va bien (je saigne juste)" –, une façon claire de normaliser les règles.

Comme le Guardian le rapporte, cela fait cinq semaines que les illustrations sont exposées, et de nombreuses personnes les ont critiquées sur les réseaux sociaux, évoquant par exemple "une tache dégoûtante". "Cela ne suffit pas d’avoir [ses règles] une fois par mois, maintenant on nous le rappelle chaque fois que l’on monte dans un métro", indique une autre personne.

Martina Viklund, la porte-parole de la SL, l’organisme gérant les transports publics suédois, a rapporté qu’ils avaient reçus des plaintes et expliqué :

"Nous ne voulons pas que les travaux soient offensants de quelque façon que ce soit. Mais ceci étant dit, nous n’avons pas de politique particulière concernant les différentes expressions du corps humain nu."

Avant de préciser : "En montrant l’art de Liv Strömquist, nous voulions célébrer le corps humain dans toutes ses lignes et ses formes". L’artiste, justement, a expliqué à Sveriges Radio qu’elle trouvait "étrange" que des gens qualifient ses œuvres de "provocantes". Sa réponse à ses détracteurs et détractrices ? "Remettez-vous !" Ses illustrations resteront donc bien affichées dans le métro jusqu’en août prochain, comme ce qui était prévu.

De l’importance de normaliser les règles

Et celles-ci sont plus qu’utiles, comme l’a encore prouvé une série de tweets du youtubeur Hugo Tout Seul il y a quelques semaines. L’homme de 29 ans y rapportait une discussion entre des femmes qui parlaient "d’hématomes dans l’utérus", de stérilets et de tampons, une conversation qu’il avait l’air de trouver dégoûtante. Dans une vidéo intitulée À Hugo tout seul et tous les autres dégoûtés, la youtubeuse Antastesia décryptait comment ses propos reflétaient un problème sociétal plus large :

"Ce genre de blagues s’inscrit dans toute une lignée de blagues pas drôles et sexistes qui visent à faire du corps de la femme quelque chose de sale, d’impur, à faire des règles quelque chose de tabou, quelque chose de dégoûtant, à faire de la contraception un sujet qui ne touche pas les hommes."

Jack Parker, autrice du livre Le Grand Mystère des règles : Pour en finir avec un tabou vieux comme le monde, insistait précisément sur l’importance de normaliser les menstruations en en parlant le plus possible : elle expliquait en mai dernier à RTL que "plus on le fera, plus ça deviendra banal, et bientôt on se demandera pourquoi on en a fait tout un foin au point d’écrire des livres sur le sujet". Le travail de Liv Strömquist est en tout cas déjà loué par de nombreuses personnes, qui l’ont remercié de sa participation dans la destruction du tabou entourant les règles.

Par Mélissa Perraudeau, publié le 03/11/2017