Les stars du fitness sur Instagram déplacent maintenant les foules

Le fitness training sur Instagram est un phénomène, et même un business, qui gagne en ampleur chaque année. Comme de vraies stars, certaines instagrameuses très populaires pour leurs performances sportives sur le réseau social font se déplacer des milliers de fans qui veulent assister à leurs cours. 


Toutes ces filles ne sont pas là pour assister à un concert de Beyoncé, mais pour faire du sport. Elles sont venues voir Kayla Itsines, une star du fitness sur Instagram. Avec plus de 5,6 millions d'abonnés, cette Australienne de 24 ans cartonne sur les réseaux sociaux. Mais le plus épatant ce n'est pas son nombre de followers, mais la quantité de gens qui sont prêts à la suivre n'importe où. En juin dernier, elle a lancé le 2016 Sweat Tour et plus de 4 000 personnes sont venues assister à son cours de fitness à New York, lors d'un rassemblement incroyable sur fond de musique et de transpiration. Kayla Itsines n'est pas la seule à surfer sur la vague de ce phénomène : Estelle Archer, Ashy Bines, Sonia Tlev ont aussi acquis une certaine notoriété grâce à leurs posts.

Ashy Bines, une Australienne très populaire qui compte près de 850 000 abonnés sur Instagram, organise des tournées comme une vraie rock star. La Française Sonia Tlev, créatrice du Top Body Challenge, est elle aussi très connue dans le milieu avec environ 700 000 abonnées, et rassemble des centaines de personnes pour ses entraînements collectifs, dans le cadre de ses "bootcamps".

Publicité

Ces jeunes femmes se filment pendant leurs sessions de sport, donnent des conseils nutritionnels et expliquent à peu près tout ce qu'il y a à faire pour avoir un corps idéal. Véritables modèles du fitness, elles cultivent une image de la perfection corporelle poussée à l'extrême. En plus d'afficher des mensurations de rêve, ces instagrameuses ont aussi des cheveux brillants, des dents blanches et une garde-robe à la pointe de la tendance. Même si le sport reste le sujet principal sur leurs comptes de réseaux sociaux, elles savent aussi jouer aux blogueuses lifestyle, en mettant en scène leur propre quotidien. Une vitrine qui donne envie aux femmes de se mettre au sport... et d'acheter leurs programmes ou d'assister à leurs cours.



Instagram en tant que vitrine professionnelle

Quand on zoome un peu sur leurs parcours, on se rend compte qu'ils sont assez similaires. En 2013, Estelle Archer, une prof de fitness basée en Virginie, aux États-Unis, a fait sensation sur Instagram. "Les gens ont commencé à me demander sur le réseau social : 'Peux-tu venir ici pour m'entraîner ?'", raconte-t-elle au site Well and Good. Elle s'est alors lancé un défi : "Si j'obtiens 100 000 abonnés d'ici le nouvel an, j'irais donner des cours dans 50 États en un an." Et quand son compte Instagram a atteint 115 000 abonnés, le 1er janvier 2014, elle a été obligée de tenir parole. À son retour à Richmond, en Virginie, elle a ouvert son propre centre de fitness.

Publicité

Comme Estelle Archer, Sonia Tlev a partagé son quotidien en ligne sans se douter qu'elle en ferait un jour son métier. "J’ai lancé comme beaucoup mon Instagram en montrant des photos de mon quotidien et plus particulièrement de mon quotidien sportif, je postais des petites vidéos en montrant quelques mouvements que je faisais chez moi, etc.", nous explique-t-elle.

Et à force d'être sollicitée par des internautes qui admiraient son corps parfaitement sculpté et qui voulaient plus de précisions sur ses habitudes sportives, elle s'est dit : "Pourquoi pas regrouper tout ce que je fais chez moi dans un programme, qui pourrait aider beaucoup de femmes qui n’ont pas le temps d’aller à la salle ?" N'étant pas encore coach à ce moment-là, elle s'est entourée de professionnels pour élaborer un programme qu'elle vend maintenant sur Internet.


En véritables reines de la communication, ces sportives ont su captiver la Toile avec des défis comme le BBG program ("le programme du Bikini Body Guide", en VF) ou le Top Body Challenge, qui sont devenus des tendances des réseaux sociaux. Leurs pages Facebook ou Instagram ont été créées dans le but de motiver leurs followers à gommer leurs "défauts" physiques (un peu de ventre, des poignées d'amour, une culotte de cheval...) en un temps record grâce au sport.

Publicité

Elles ont été des millions à acheter les programmes d'amincissement proposés par ces gourous du fitness, et à poster les résultats. "Je pense que c’est la motivation qui fait que ça marche. Voir des gens faire, voir des résultats, des avant-après, ça donne envie et ça motive à se donner à fond", explique Sonia Tlev.

Publicité

Par Bérénice Rebufa, publié le 23/09/2016

Copié

Pour vous :