Sonia Rykiel, la styliste qui prônait la liberté des femmes

Tout au long de sa carrière, la styliste française, disparue le jeudi 25 août, a déstructuré la mode, pour la rendre plus espiègle et plus universelle pour les femmes. 


Le monde de la mode a perdu l'une de ses créatrices les plus emblématiques de ces cinq dernières décennies. Atteinte de la maladie de Parkinson, Sonia Rykiel s'en est allée à l'âge de 86 ans, a annoncé sa fille, Nathalie Rykiel, à l'AFP, le jeudi 25 août.

Plus qu'une couturière avant-gardiste, la styliste française a insufflé un vent de liberté pour toutes les femmes, notamment dans les années 1980-1990, grâce à des pièces, des créations et un état d'esprit à contre-courant des codes de la mode. Rétrospective sur quelques unes de ses idées brillantes qui ont toujours servi la cause féminine.

Publicité

Le pull-over, la révolution en maille

Publicité

Le must, l'incontournable : le mythique pull-over de Sonia Rykiel. Il s'agit là de son invention phare, qui l'érigera au sommet de la gloire. Elle y pense alors qu'elle est enceinte, en 1962. Ne trouvant aucun vêtement qui convienne à son ventre bombé, elle imagine un petit pull en maille, à la fois pratique et esthétique. Avec un vêtement aussi simple, Sonia Rykiel, couronnée "reine du tricot" par le journal de référence en mode Women's Wear Daily en 1972, proclame que toutes les femmes ont le droit d'être belles et stylées, tout en se sentant à l'aise.

François Hardy dans le pull à rayures de Sonia Rykiel en couverture du magazine Elle, datant de 1963. (© Elle)

Françoise Hardy dans un pull à rayures de Sonia Rykiel en couverture du magazine Elle, en 1963. (© Elle)

La "démode" pour toutes

Rebelle et malicieuse, Sonia Rykiel était unique. Sa réflexion sur la mode était en décalage total avec tout ce qui était connu à l'époque. Après son pull-over moulant iconique, la flamboyante styliste a expérimenté un tas de concepts pour faire de la mode un jeu. Des rayures colorées sur fond noir (couleur faisant ressortir toutes les autres selon elle), aux premiers vêtements aux coutures apparentes en 1974, son travail était tourné vers la liberté et le confort, sans jamais imposer de diktats aux femmes. Dans un entretien au Monde, en 2013, elle prononce ses mots, qui résument parfaitement sa vision de la mode : "Je défendais une philosophie, une nouvelle manière d'être pour les femmes, plus libre, plus active, plus séduisante aussi."

Publicité

Le sourire sur les podiums

Dans les défilés, les top-modèles sont rarement souriantes. La raison est simple : on exige un maximum de sobriété sur le visage des jeunes femmes afin de mettre en avant le vêtement, considéré comme une œuvre d'art. Sonia Rykiel n'était pas de cet avis. Tout l'univers de sa maison de couture repose sur un esprit plus fun et plus léger.

Pour Vogue, ses défilés "étaient une fête", et à la fin de chaque évènement on pouvait voir toutes les mannequins de Sonia Rykiel se tenir par la main, le visage ravi et le rire aux lèvres. Toute sa carrière, elle prouvera que la mode est loin d'être ennuyeuse. À ses yeux, les habits étaient faits pour les femmes et pas le contraire.

Publicité

En union libre avec H&M

H&M a eu la bonne idée de demander à de grands couturiers de confectionner des collections inédites, uniquement destinées à la vente en prêt-à-porter. Une façon de rendre accessible une forme de haute couture, avec des pièces à prix cassé. Aucun doute que le concept a plu à Sonia Rykiel, qui figure parmi les designers ayant collaborés avec la marque suédoise. Elle sortira deux séries de fringues griffées à son nom, une première en 2009 et une seconde en 2010. Une jolie solution pour toutes ses fans, avec des pièces allant du pull-over à rayures au porte-monnaie ordinaire.

Aperçu de la collection de Sonia Rykiel en partenariat avec H1M en 2009. (© Site de H&M)

Aperçu de la collection de Sonia Rykiel pour H&M en 2009. (© H&M)

Par Juliette Geenens, publié le 25/08/2016

Copié

Pour vous :