AccueilÉDITO

Snapchat va intégrer des publicités dans vos stories

Publié le

par Naomi Clément

Quatre ans seulement après sa création, Snapchat est aujourd'hui l'une des applications les plus téléchargées au monde, comptabilisant plus de 150 millions d'utilisateurs s'échangeant pas moins de 10 milliards de vidéos par jour.

Forte de cette croissance démentielle, l'entreprise a décidé de passer à l'étape supérieure en renforçant sa stratégie publicitaire, comme le rapporte The Verge. Si jusqu'ici les réclames étaient uniquement présentes dans la partie Discover, elles s'afficheront désormais à l'intérieur même de nos stories (que vous pourrez tout de même continuer à zapper d'un vif balayage du doigt, de la même façon que vous zappez les histoires de vos potes chiants), ainsi que dans les filtres géolocalisés et les selfies animés proposés par l'appli.

1. Les "Snap Ads"

Désireuse de séduire un maximum d'annonceurs tout en maintenant son statut d'application créative, la compagnie au petit fantôme a pensé une série de dispositifs publicitaires amusants, qui revêtiront diverses formes.

Il y a d'abord les "Snap Ads", c'est-à-dire de simples films publicitaires de dix secondes qui s'afficheront en format vertical et en plein écran, et qui se glisseront de façon occasionnelle entre les stories de deux amis.

"Vous pouvez en outre donner aux Snapchatters le choix de balayer l'écran [le "swipe-up", ndlr] vers le haut pour en voir plus, comme ils le font déjà ailleurs sur Snapchat, précise l'entreprise à ses futurs annonceurs. Balayer l'écran vers le haut révèlera un contenu plus conséquent, comme une longue vidéo, un article, une publicité pour installer une application, ou un site mobile." Et de conclure, fièrement :

"Le taux du swipe-up pour les 'Snap Ads' est cinq fois plus élevé que le taux de clic moyen sur les plateformes comparables."

2. Les filtres sponsorisés géolocalisés

Il y a ensuite les "Sponsored Geofilters", c'est-à-dire des filtres sponsorisés qui s'afficheront lorsque vous voudrez prendre un Snap en fonction de votre localisation. Un système déjà existant sur l'application, mais ici spécialement pensé pour les marques, comme le souligne Snapchat :

"Les 'Sponsored Geofilters' sont des minuscules œuvres d'arts qui font toujours sensation. Quand les Snapchatters prennent un Snap dans la zone que vous avez choisie, ils pourront voir apparaître votre 'Geofilter' et l'utiliser pour expliquer où, quand et pourquoi ils ont pris ce Snap.

Les 'Geofilters' autorisent les marques à prendre part aux centaines de millions de Snaps envoyés chaque jour entre amis. Aux États-Unis, un 'Sponsored Geofilter' national atteint généralement 40% à 60% des utilisateurs quotidiens de Snapchat."

3. Les "Sponsored Lenses"

Il y a enfin les "lentilles sponsorisées". Fondé sur le même système que les filtres à selfies animés mis en place l'année dernière par l'application, ce dispositif permet aux marques de créer leur propre filtre à selfie personnalisable et interactif. En France, Nike a été l'une des premières marques à l'essayer, en créant il y a quelques jours pour l'Euro un filtre permettant à l'utilisateur de fusionner son image avec celle de Cristiano Ronaldo.

"Pour activer les 'Lenses', les Snapchatters ont juste à presser le bouton et à maintenir la pression sur leur visage, détaille Snapchat. Certaines 'Lenses' incluent des indications comme 'levez vos sourcils' pour déclencher l'animation, ce qui ajoute une touche amusante à l'expérience. Et quand ils ont fini de jouer, il est très facile d'envoyer les 'Lenses' à un ami ou de le poster dans sa story. En moyenne, les Snapchatters jouent avec une 'Sponsored Lens' pendant vingt secondes."

Le milliard de dollars ?

Ces dispositifs publicitaires, qui surviennent quelques mois après l'arrivée des "On-Demand Geofilters" (des filtres personnalisables et géolocalisés payants disponibles pour les particuliers) vont dans le sens de l'ambitieux objectif de levée de fonds que s'est fixé Snapchat.

Une présentation récemment divulguée par Tech Crunch indique en effet que l'entreprise, qui a récolté 59 millions de dollars (52 millions d'euros) en 2015, estime empocher entre 250 millions et 350 millions de dollars en 2016, et atteindre les 500 millions voire le milliard de dollars en 2017.

À voir aussi sur konbini :