AccueilÉDITO

Ce site permet de savoir si sa maison est hantée

Publié le

par Mathieu Piccarreta

Savoir si sa maison est hantée, en voilà une vraie question. Une question à laquelle il est désormais possible de répondre en un clic grâce au site Died In House.

À quelques jours d’Halloween, cette information pourrait sonner comme une blague de mauvais goût, pourtant il n’en est rien. C’est en effet le très sérieux journal britannique The Independent qui nous apprend l’existence du site Died In House.

Ce site hébergé outre-Atlantique offre à ses clients Américains un service bien particulier : savoir si quelqu'un est décédé dans la demeure qu’ils habitent. Concrètement, pour la modique somme de 12 dollars (10,80 euros), n'importe qui peut vérifier les antécédents d'un logement.

Un business juteux au pays de l’Oncle Sam où pas moins de 45% de la population croient aux fantômes. D’autant plus que la loi américaine ne va pas à l’encontre d’une telle pratique puisque la divulgation d'informations sur une mort dans une propriété est autorisée.

Roy Condrey, le fondateur de Died In House, a donc eu du flair avant de créer ce site utilisant un algorithme qui vise à compiler les certificats de décès, les faits divers et autres rapports de police mis en ligne à partir des années 80.

Des conséquences sur le prix d’un bien immobilier

Au-delà de l’anecdote horrifique, il peut être judicieux de s’interroger sur le passé d’une maison au moment de signer un bail. En effet, une propriété dans laquelle un individu a perdu la vie pourrait perdre jusqu'à 25% de sa valeur. Notez qu’aux États-Unis, rien n'oblige les agents immobiliers à mentionner s'il y a eu des morts sur la propriété. Le service proposé par Died In House prend alors tout son sens.

De notre côté de l’Atlantique, l’agent immobilier est quant à lui tenu à un "devoir de conseil" qui le contraint à informer le plus précisément possible ses clients. Toutefois, il ne s'agit pas ici d'une obligation juridique dans la mesure où Stéphane Plaza et ses comparses peuvent uniquement nous communiquer les éléments qu’ils ont en leur possession, et évidemment pas les vices cachés que les précédents propriétaires ont préféré passer sous silence.

En conclusion : si vous avez peur des fantômes, achetez du neuf.

À voir aussi sur konbini :