Sexisme : les étudiantes en géoscience sont dépréciées dans les lettres de recommandation

Une étude américaine montre qu'après obtention de leur doctorat, les femmes ne sont pas mises en valeur de la même manière que les hommes dans leurs lettres de recommandation. 

À peine sorties de l'université. les femmes scientifiques ont la vie dure. (© CBS)

À peine sorties de l'université, les femmes scientifiques ont déjà la vie dure. (© CBS)

Dès la sortie de l'université, une femme qui veut faire carrière dans la science doit en baver. D'après une étude de l'Observatoire de Lamont-Doherty Earth de l'université de Columbia (État de New York), relayée par The Verge, le 3 octobre dernier, les lettres de recommandations pour les étudiantes en géoscience sont moins valorisantes que celles écrites pour les garçons. Et apparement, le genre de l'auteur de la lettre n'influe pas sur cette tendance.

Publicité

Comme l'explique le site, l'enquête, publiée dans la revue Nature Geoscience, s'est focalisée sur le secteur de la géoscience sans tenir compte d'une localisation en particulier. Les 1 224 lettres, de 54 pays différents, passées au crible ont été classées par l'équipe de recherche dans trois catégories : "incertaines", "bonnes" et "excellentes".

Les résultats démontrent que les doctorantes en sciences de la Terre sont moitié moins susceptibles de bénéficier d'une lettre "excellente" que les garçons.

Un obstacle de plus que doivent affronter les femmes qui aspirent à devenir scientifiques. Si l'étude se penche exclusivement sur la géoscience, c'est pour dénoncer l'omniprésence masculine latente dans ce domaine. The Verge, toujours, rapporte que les femmes sont 40 % à décrocher un doctorat en sciences de la Terre, mais ne représentent que 10 % des professeurs.

Publicité

Malheureusement, la géoscience n'est pas la seule discipline scientifique à souffrir du sexisme.

Le labo, nid à machos

Le monde scientifique est de manière générale un territoire hostile pour les femmes, qui se font rares dans ces corps de métier. Elles sont très peu encouragées à suivre des études scientifiques, ce qui renforce et fait perdurer le cliché tenace selon lequel le cerveau féminin serait moins scientifique que celui des hommes.

Et lorsqu'une étudiante parvient à se faire une place dans le métier, elle doit faire face à de multiples formes de sexisme : du mépris au discrédit, en passant par le harcèlement moral et sexuel...

Publicité

On se souvient de l'affaire du biochimiste anglais Tim Hunt, prix Nobel de médecine en 2001 (et candidat à celui de la connerie). Il assurait que partager un laboratoire avec des collègues féminines n'était pas propice à un environnement de travail correct : "Vous tombez amoureux d’elles, elles tombent amoureuses de vous, et quand vous les critiquez, elles pleurent", avait-il déclaré. Il reprochait aussi aux femmes d'être trop sexy, ce qui défavorisait la concentration.

Des scientifiques n'ont pas tardé à lui répondre sur les réseaux sociaux, à grands renforts de photos, de tweets grinçants et de réparties bien placées.

Par Juliette Geenens, publié le 04/10/2016

Copié

Pour vous :