AccueilÉDITO

Serena Williams est la seule femme du classement 2017 des 100 sportifs les mieux payés

Publié le

par Mélissa Perraudeau

© Serena Williams/Facebook

Le classement des sportifs les mieux payés de 2017 est tombé, et il est particulièrement alarmant si l’on s’intéresse à la question de l’écart des revenus entre les hommes et les femmes. Serena Williams, à la 51e place, est en effet la seule sportive du classement.

© Serena Williams/Facebook

Le 7 juin, Forbes Magazine a publié son classement des 100 sportifs les mieux payés en 2016. Et une seule femme s’y trouve : Serena Williams, à la 51e place, avec 27 millions de dollars gagnés durant l’année. Soit 1,9 million de plus que l’année précédente, où elle était 40e du classement. Mais, comme Forbes le remarque, elle n’était jusque-là pas la seule athlète dans le classement, chaque année voyant "deux ou trois joueuses de tennis" se qualifier depuis que la liste a été portée à 100 en 2012. Maria Sharapova aurait pu se placer dans le palmarès 2017, mais sa suspension à cause d’un dépistage de drogue positif l’a pénalisée, lui faisant perdre de gros contrats publicitaires.

Les meilleurs revenus sont donc quasiment entièrement réservés aux athlètes masculins. En tête de file, on retrouve le footballeur Cristiano Ronaldo (avec 93 millions de dollars), le basketteur LeBron James (86,2 millions) et le footballeur Lionel Messi (80 millions). Le site 8e étage souligne qu’une "autre star du tennis", Roger Federer, se trouve bien plus haut que Serena Williams : 4e du classement, il a gagné plus du double de la joueuse, soit 64 millions de dollars. Des chiffres qui démontrent parfaitement qu'"en moyenne, les femmes gagnent à peine plus de 50 % du salaire des hommes dans le monde". L’incroyable joueuse a pourtant remporté son 23e titre du Grand Chelem en janvier dernier, s’approchant du record établi par Margaret Court de 24 titres.

L’écart des revenus entre sportifs et sportives

Le classement met donc en évidence l’ampleur de l’écart des revenus entre les hommes et les femmes dans le milieu du sport. Il y a bien moins de sportives que de sportifs, et elles sont presque toujours largement moins payées. Le Monde analysait en 2014 :

"Parmi les sportifs de haut niveau, on comptait 2 400 femmes contre 4 600 hommes, selon une enquête réalisée par Les Décodeurs en 2014, avec des niveaux de rémunération très inégaux : les rares footballeuses professionnelles touchaient en moyenne 3 500 euros brut par mois, contre 12 000 euros pour leurs homologues masculins. Et la mixité est loin d’être assurée dans les retransmissions, puisque le sport féminin n’occupait alors que 15 % du temps d’antenne."

La même année, le Wall Street Journal étudiait l’inégalité des revenus dans une dizaine de sports. La discipline avec l’inégalité hommes-femmes la plus critique ? On vous le donne en mille : le tennis. Selon Slate, "même si les primes reçues lors des tournois du Grand Chelem sont égales, le reste du circuit féminin dote les gagnantes de tournois d’une prime inférieure à celle des hommes".

Une championne engagée et inspirante

Un sexisme dont Serena Williams a été particulièrement victime (combiné au racisme) après l’annonce de sa grossesse, et qu’elle dénonce régulièrement. En décembre dernier, elle publiait par exemple une lettre ouverte adressée "à toutes les femmes incroyables qui s’évertuent à atteindre l’excellence".

La championne y dénonçait le sexisme et le racisme qu’elle avait constatés dans le sport, tout en incitant les femmes à continuer de "rêver grand" pour ainsi "donner à la prochaine génération de femmes le pouvoir d’être tout aussi audacieuses dans leurs projets".

À voir aussi sur konbini :