AccueilÉDITO

Séoul invite la Corée du Nord à participer aux JO d’hiver

Publié le

par Théo Mercadier

Même si la Corée du Nord ne paraît pas enchantée par l’idée, le président sud-coréen a tenu à lui ouvrir les portes des prochains Jeux olympiques d’hiver.

En guerre depuis 1950, les deux Corées sont séparées par un vaste no man’s land militarisé. Pour détendre les relations avec son voisin du Nord, le président sud-coréen Moon Jae-in a décidé de l’inviter à participer aux Jeux olympiques d’hiver 2018, qui se tiendront à Pyeongchang. "Si la Corée du Nord participe, cela sera une contribution non seulement à l’esprit olympique, mais aussi à la paix dans la région et dans le monde, ainsi qu’à une meilleure harmonie du genre humain", a déclaré l’un de ses porte-parole en marge d’une rencontre avec le président du Comité international olympique (CIO), Thomas Bach.

Le sport, facteur de détente entre les deux sœurs ennemies ? Moon Jae-in en est persuadé, si bien qu’il a déjà proposé de présenter une seule et même délégation de sportifs pour les deux pays aux prochains jeux. Le président sud-coréen évoque avec nostalgie la "gloire" passée de la péninsule, à l’époque "où le Sud et le Nord ont obtenu leurs meilleurs résultats en présentant des équipes conjointes".

Esprit olympique

Une délégation conjointe représenterait un véritable coup de tonnerre diplomatique. D’année en année, Kim Jong-un, le dictateur nord-coréen, ne cesse d’isoler un peu plus son pays en menant régulièrement des tests de missiles balistiques et des essais nucléaires. Une attitude belliciste qui lui permet de garder la main sur son pays, mais qui fait grogner jusqu’à ses plus proches soutiens. Fatiguée de devoir défendre cet encombrant allié, la Chine entend ainsi de nombreuses voix s’élever pour demander que la République populaire lâche purement et simplement la Corée du Nord.

Dans ce climat délétère, la Corée du Sud décide de jouer la carte de la détente. "J’espère que les jeux Olympiques de Pyeongchang seront les JO de la paix et permettront de soulager les Coréens blessés par les divisions", a encore déclaré Moon Jae-in par l’intermédiaire d’un de ses porte-parole. Thomas Bach a d’ailleurs tenu à saluer l’initiative en la décrivant comme respectueuse de "l’esprit olympique", reprenant les termes du président sud-coréen. Un esprit olympique qui avait particulièrement soufflé lors des JO de Rio, en 2016, lorsque des athlètes des deux nations s’étaient réunies lors d’un selfie.

Un boulevard diplomatique s’ouvre donc pour Pyongyang, qui n’a toutefois pas l’air prêt à l’emprunter. D’après 20 Minutes, son délégué au CIO aurait "écarté" cette proposition d’une délégation conjointe, qui aurait pourtant assurément permis au pays de participer aux JO. Car pour l’instant, aucun athlète nord-coréen ne s’est qualifié pour les épreuves. Une fois de plus, la Corée du Nord risque donc fort de se retrouver sur la touche internationale.

À voir aussi sur konbini :