AccueilÉDITO

Seattle : polémique après qu’une jeune femme noire enceinte a été abattue par la police

Publié le

par Astrid Van Laer

Dimanche 18 juin, Charleena Lyles, une jeune maman enceinte a appelé les forces de l’ordre de la ville de Seattle au sujet d’un cambriolage, mais c’est elle qui a été abattue. Une enquête a été ouverte et, la jeune femme étant noire, le débat autour des violences policières et des tensions raciales aux États-Unis a été relancé.

Dimanche 18 juin, les forces de police de la ville de Seattle ont abattu une jeune maman qui les avait appelés pour signaler un cambriolage. Lorsque les policiers sont arrivés, Charleena Lyles, une jeune femme âgée de trente ans, tenait un couteau. Ils lui ont tiré dessus, occasionnant son décès. Les trois enfants présents au domicile de la jeune femme n’ont pas été blessés. D’après sa famille, cette dernière souffrait de troubles mentaux et était enceinte de trois mois.

D’après L’Express, la jeune maman avait déjà appelé la police au début du mois de juin. Elle avait été arrêtée après avoir menacé les officiers "avec de très grands ciseaux". Répertoriée comme pouvant présenter un "danger", c’est donc pour cela que deux agents et non un seul, comme le veut la procédure, ont été envoyés à son domicile dimanche 18 juin. En attendant la fin de l’enquête, les deux officiers mis en cause ont été placés en congé administratif.

"Même moi, j’aurais pu la maîtriser"

La jeune femme étant de couleur noire, ce drame relance évidemment les tensions raciales déjà extrêmement présentes aux États-Unis. Lundi 19 juin, une veillée commémorative a été organisée pour lui rendre hommage. Monika Williams, la sœur de la défunte, a témoigné sur la chaîne Kiro7 de son incompréhension devant l’usage d’une arme sur une jeune maman :

"Il n’y avait aucune raison de lui tirer dessus devant ses bébés, ils pouvaient la maîtriser. Même moi, j’aurais pu la maîtriser. […] Pourquoi ne pouvaient-ils pas utiliser un taser contre elle ?"

À voir aussi sur konbini :