AccueilÉDITO

Des scientifiques viennent de découvrir un traitement qui permet d’inverser le vieillissement

Publié le

par Matthew Kirby

C'est l'aboutissement de plus de 15 ans de recherche pour le professeur en charge du projet.

Une équipe internationale de chercheurs vient de faire une découverte révolutionnaire, qui pourrait selon eux aboutir à la création d’un nouveau traitement qui permettrait d’inverser le vieillissement. Cette trouvaille pourrait aider les humains à vivre plus longtemps et en meilleure santé. Elle pourrait surtout avoir un impact significatif sur ceux qui ont survécu à un cancer et les astronautes en partance pour Mars.

Dans leur étude publiée par la revue Science, les scientifiques indiquent avoir identifié une étape critique du processus moléculaire qui permet aux cellules de réparer de l’ADN endommagé. Leurs expériences sur des souris révèlent que le traitement fonctionne sur du matériel génétique abîmé par le vieillissement et les radiations (notamment celles du Soleil) que nos cellules ne parviennent plus à combattre avec l’âge.

"Les cellules de vieilles souris étaient impossibles à distinguer de celles des plus jeunes spécimens après seulement une semaine de traitement", a déclaré le professeur australien David Sinclair, auteur principal de l’étude menée à la faculté de médecine d'Harvard :

"Nous n’avons jamais été aussi proche d’un médicament anti-âge sûr et efficace qui pourrait arriver sur le marché d’ici trois ou cinq ans."

Très prometteuses, ces recherches ont été financées par la Nasa, qui pense que ce traitement pourrait aider les astronautes lors de leurs missions sur Mars. Même sur de courtes durées, ils ont en effet tendance à vieillir plus rapidement dans l'espace, du fait de la radiation cosmique, et souffrent de de faiblesse musculaire et de pertes de mémoire.

Mais les personnes pour lesquelles les bénéfices de ce traitement seraient les plus importants sont les enfants qui ont survécu à un cancer. Le docteur Lindsay Wu, co-auteur de cette étude, affirme que 96 % d’entre eux souffrent de maladies chroniques avant l'âge de 45 ans, aussi bien des maladies cardiovasculaires, que du diabète et Alzheimer.

"Autant de maux qui s’additionnent au fait qu’ils subissent un vieillissement accéléré, ce qui est désastreux", explique le chercheur. Cela serait fantastique de faire quelque chose pour régler cela, et nous pensons que ce serait le cas avec cette molécule".

Des tests vont être menés sur des humains dans les trois prochains mois.

Traduit de l'anglais par Sophie Janinet

À voir aussi sur konbini :