AccueilÉDITO

Des scientifiques envisagent de recongeler l'Arctique pour lutter contre la fonte des glaces

Publié le

par Jeanne Pouget

N
Ä

La dernière idée farfelue des scientifiques pour faire face au réchauffement climatique consiste à créer un système pour recongeler les eaux de l'Arctique et compenser ainsi la fonte de la calotte glacière. 

On n'arrête pas le progrès ni les idées absurdes (quoi que logiques) pour endiguer le changement climatique. Puisque les glaces fondent, pourquoi ne pas envisager tout simplement un système pour congeler l'eau en surface et recréer la banquise ? C'est l'idée à la fois folle et ingénieuse proposée par le physicien Steven Desch et son équipe de l’université de l'Arizona. En sachant qu'au rythme actuel, l'Arctique pourrait disparaître complètement en été d'ici 2030, il n'y a finalement pas de mauvaises idées en soi. Et toute tentative pour trouver des solutions est la bienvenue.

Une idée à 469,7 milliards d’euros

Oui, le petit détail que l'on avait oublié de vous préciser est bien évidemment le coût d'un tel chantier. Parce que le projet n'est pas une mince affaire : il s'agirait de construire 10 millions de pompes en Arctique qui fonctionneraient grâce à l'énergie du vent et pomperaient l'eau en surface pour que celle-ci gèle en hiver et fonde moins rapidement en été. Une idée brillante à 469,7 milliards d'euros, tout de même. Mais jusqu'à présent, personne n'a franchement trouvé meilleure solution à moindre coût :

"La question est : “Est-ce que je pense que notre projet est viable?” La réponse est oui. J'ai confiance. Mais nous devons êtres réalistes sur le prix des choses. On ne peut pas continuer à se borner à dire aux gens “arrêtez d'utiliser votre voiture ou ce sera la fin du monde”. Nous nous devons de leur offrir des alternatives, ce qui a un coût", explique Steven Desch au quotidien britannique The Guardian.

Le réchauffement climatique en Arctique est une affaire urgente à traiter. Rappelez-vous, cet hiver il a fait plus chaud en Arctique que dans certains coins en France, avec des températures de 20 degrés supérieures à la moyenne. Avec, à la clef, l'augmentation du niveau de la mer et la mise en danger – pour ne pas dire la disparition – des communautés, de la faune et de la flore locales. Il resterait donc à trouver des investisseurs sérieux pour donner vie au projet qui n'en n'est pour l'instant qu'au stade théorique. Bill Gates, Mark Zuckerberg, Leonardo DiCaprio, c'est le moment de vous manifester !

À lire -> Les scientifiques réfléchissent à des critères de triage pour sauver certaines espèces en priorité

À voir aussi sur konbini :