(Photo Christophe Archambault. AFP)

Le salut de Hunger Games, un symbole de résistance en Thaïlande

Depuis le coup d'Etat orchestré par le général Prayuth Chan-ocha le 22 mai dernier, la révolte continue en Thaïlande. Certains manifestants ont repris le salut du film de science-fiction Hunger Games comme un symbole de résistance.

(Photo Christophe Archambault. AFP)

(Photo Christophe Archambault. AFP)

Après sept mois de crise politique, le général Prayuth Chan-ocha avait annoncé le jeudi 22 mai à la télévision qu'il allait prendre le contrôle du gouvernement, expliquant que l'armée devait "restaurer la paix et l’ordre public" pour ensuite lancer de nouvelles réformes.

Publicité

Le gouvernement provisoire jugé impuissant par le général depuis la destitution de la Première ministre Yingluck Shinawatra le 7 mai, celui-ci avait annoncé que le pays serait désormais soumis à un couvre-feu et que la Constitution serait suspendue jusqu'aux élections législatives en juillet. Chose faite, une partie de la population continue de manifester contre ce coup d'Etat. Et certains d'entre-eux avec les trois doigts levés.

Hunger Games, critique d'une société totalitaire

Réalisé en 2012 par Gary Ross, le premier volet de la saga Hunger Games, littéralement "Jeux de la faim",  critique les dérives de la téléréalité et des régimes inégalitaires. Adaptation des livres de Suzanne Collins, le phénomène romanesque pour adolescents se déroule dans une société post-américaine. Voici le synopsis :

Chaque année, dans les ruines de ce qui était autrefois l'Amérique du Nord, le Capitole, l'impitoyable capitale de la nation de Panem, oblige chacun de ses douze districts à envoyer un garçon et une fille - les "Tributs" - concourir aux Hunger Games. A la fois sanction contre la population pour s'être rebellée et stratégie d'intimidation de la part du gouvernement, les Hunger Games sont un événement télévisé national au cours duquel les Tributs doivent s'affronter jusqu'à la mort. L'unique survivant est déclaré vainqueur.

Publicité

Katniss, interprétée par Jennifer Lawrence, va donc participer à cette chasse à l'homme afin d'épargner sa petite soeur. Dans le deuxième volet Hunger games, l'embrasement, on retrouve l'héroïne qui dans un contexte toujours plus répressif est devenue un véritable symbole d'espoir et de rébellion.

Et pour manifester son soutien et son insoumission, l'ensemble du district place trois doigts de la main gauche à ses lèvres puis les lèvent en l'air dans un salut silencieux. Nouveau signe de ralliement, toute personne exécutant le geste est interpellé, arrêté puis exécuté. De la fiction à la réalité, c'est ce signe que les manifestants thaïlandais ont repris.

catching-fire1

Katniss Everdeen (à droite) et Peeta Mellark (à gauche) dans une scène du film

Publicité

Le salut interdit en Thaïlande

Le salut à trois doigts des Hunger Games adopté par les manifestants à Bangkok est un acte symbolique de défi pacifique par ceux qui reconnaissent - comme ceux des districts rebelles du film - qu'ils n'ont pas beaucoup de chance de succès, mais qui décident avec courage de faire entendre leur voix malgré tout.

C'est ce qu'a expliqué Brad Adams, responsable de l'ONG Human Rights Watch pour l'Asie selon l'AFP. Le général, Prayut Chan-O-Cha, célèbre militant recherché par la junte, a alors confirmé la tendance en écrivant sur Facebook : "Montrer les trois doigts est devenu un symbole pour appeler à des droits politiques de base dans un pays dirigé par une personne".

Pour certains manifestants le geste serait également une référence à la fameuse devise française "Liberté, Egalité, Fraternité", héritage de la Révolution de 1789. Et comme si l'histoire du film se répétait, le salut est désormais interdit et s'ajoute à la liste des restrictions entre censure des médias, couvre feu et interdiction de manifestation. Toujours selon l'AFP, le porte-parole de la junte Winthai Suvaree a confirmé à la presse : "S'ils se rassemblent, avec plus de cinq personnes et montrent le symbole des trois doigts, alors c'est illégal".

Publicité

Par Anaïs Chatellier, publié le 03/06/2014

Pour vous :