Matthew Yohe / Wikipedia commons

featuredImage

Bientôt une rue Steve Jobs à Paris ? Verts et communistes posent leur véto

La proposition de donner à une rue du 13e arrondissement le nom de Steve Jobs n'a pas fait que des heureux, surtout à la gauche de la gauche. 

1280px-steve_jobs_headshot_2010

©Wikipédia Commons

Faire livrer son nouvel iPhone rue Steve Jobs, bientôt le nouveau must do des Apple addicts ? Le maire socialiste du 13e arrondissement de la capitale, Jérôme Coumet, a décidé de donner le nom du mythique créateur de la marque à la pomme à l'une des nouvelles rues qui devraient voir le jour d'ici peu. La construction de la toute nouvelle halle Freyssinet, un nouvel incubateur de start-up qui devraient pouvoir accueillir près d'un millier d'entreprises, va donner lieu à la création de nouvelles artères dans le quartier. Et il faut aujourd'hui leur trouver un nom. Si la proposition du maire en a surpris plus un, il faut quand même avouer qu'il n'est pas tout à fait déplacé de lier l'image de Steve Jobs à un endroit d'où sortiront toutes sortes d'innovations technologiques.

Les élus de droite se sont empressés de voter la mesure, alors que les communistes et les verts ont immédiatement critiqué l'initiative et posé leur véto, tant la personne de Steve Jobs reste aujourd'hui controversée. Contacté par Rue89, le Front de gauche ne mâche pas ses mots :

"Son héritage, ce sont tout d’abord les conditions de travail dans les usines sous-traitantes. Les sous-traitants d’Apple en Chine sont connus pour abuser de salaires insuffisants et d’heures supplémentaires forcées. Mais l’héritage de Steve Jobs est aussi dans les pratiques d’optimisation fiscale illégale massives, comme l’a révélé il y a à peine trois mois la très libérale commission européenne. Ce sont près de 13 milliards qu’Apple doit payer aujourd’hui pour compenser le taux d’imposition scandaleux de 0,005% en Irlande"

Les élus du Front de gauche ne critiquent cependant pas l'initiative du maire du 13e sans avancer une contre-proposition. Ils ont ainsi suggéré le nom d'Ada Lovelace, pionnière de l'informatique.

Par Théo Mercadier, publié le 02/12/2016

Copié