AccueilÉDITO

Vidéo: quand deux églises grecques s'envoient des fusées d'artifices

Publié le

par Thibault Prévost

Chaque année, le village grec de Vrontado célèbre Pâques à sa façon : pendant la messe, les deux églises s'envoient des fusées d'artifice. Ça donne des images forcément explosives.

ROCKET WARS from Variable on Vimeo.

La nuit tombe sur Vrontados. La mer Egée vient doucement lécher les rives de l'île de Chios, sur laquelle est nichée la paisible ville grecque de 4500 habitants. C'est le dimanche de Pâques, le ciel est clair et la brise marine soupire. Les fidèles, paresseusement, affluent vers les deux églises orthodoxes de la ville, Agios Marcos et Panagia Erithiani, perchées sur leurs collines respectives distantes de quelques centaines de mètres.

Les toits des deux édifices saints grouillent de silhouettes en mouvement, qui se découpent sur le ciel nocturne. Des dizaines d'hommes, en équilibre sur des plateformes bancales, excroissances de tôle et de grillage, attendent un signal, fébriles. Les facades des églises, tout comme celles de leurs bâtiments attenants, ont été renforcées de plaques de tôle, les portes et fenêtres aveuglées. Les deux voisinages, dominés par leurs clochers, se font face, carapaçés.

Alors que la nuit progresse dans les rues de Vrontados et que les liturgies débutent, les premières fusées s'embrasent, marquant le ciel de lacérations ardentes et de sifflements suraigus. Bientôt, un orage de feu et de soufre s'abat au-dessus de la ville. Les deux groupes de paroissiens artificiers enflammeront la nuit pascale sans répit, jusqu'à épuisement des munitions.

Cent mille fusées, faites à la main à l'aide de poudre à canon, seront échangées entre les deux "gangs". Le but : toucher le clocher de l'autre pour prétendre à la victoire. Un moment de tension exceptionnel, capturé en vidéo par l'équipe de Variable dans une vidéo intitulée Rocket Wars, sublimée par un habillage sonore inquiétant et solennel.

La coutume, appelée Rouketopoulos, court depuis plus d'un siècle. Son origine, cependant, reste mystérieuse, mais deux hypothèses reviennent régulièrement : selon la première, la bataille de fusées aurait servi, au XIXe siècle, à narguer l'occupant Ottoman qui avait confisqué les canons de la ville; selon l'autre, il s'agissait également d'une ruse visant à simuler une guerre civile afin que les Turcs, qui refusaient aux orthodoxes de célébrer la Pâques, se tiennent éloignés de la ville pendant la messe. Aujourd'hui, la Pâques pyrotechnique de Vrontados est surtout devenue une attraction touristique importante pour la ville... et ce malgré les fréquents incendies résultant du spectacle.

À voir aussi sur konbini :