AccueilÉDITO

Retourner ses cadeaux de Noël nuls entraîne un désastre écologique

Publié le

par Juliette Geenens

Les Américains seront nombreux à renvoyer leurs cadeaux de Noël début janvier. Et ces retours auront un prix pour l'environnement.

"Oh Thérèse ! Une serpillère ! C'est formidable, écoutez : il ne fallait pas."

La politique de retours des colis achetés en ligne est bien pratique. Malheureusement, pour l'ecosystème il s'agit d'une vraie catastrophe, rapporte Quartz, le 29 décembre dernier.

Selon le site, les Américains renverront l'équivalent de trente milliards de dollars de produits, qui sont en grande partie des cadeaux de Noël. La société de livraison américaine UPS a même baptisé le 5 janvier 2017, la "journée nationale des retours". À cette date, aux États-Unis, elle devra gérer un nombre record de colis retournés, soit 1,3 million. Ce qui fait une moyenne de 5,8 millions de paquets en une semaine d'après l'entreprise.

Un gâchis de deux millions de tonnes par an

Problème : seulement la moitié des articles retournés se retrouveront dans les inventaires des magasins d'où ils viennent. L'autre moitié peut finir dans les boutiques de déstockage si les objets ont été abîmés ou simplement si la boîte a été ouverte durant le voyage. Les produits sont bradés à des boutiques discount ou à des acheteurs qui revendent leur inventaire à des magasins de produits d'occasion. Sauf qu'à chaque fois qu'un stock est revendu, une partie est jetée à la poubelle.

D'après Tobin Moore, cofondateur de la société Optoro qui vise à améliorer la logistique des retours auprès des consommateurs, il s'agit d'un gâchis de presque deux millions de tonnes chaque année aux États-Unis, relate Quartz. Ce cas de figure touche surtout les vêtements, comme l'explique une vidéo de Quartz. Les habits représentent 80 % des colis retournés après les vacances de fin d'année aux États-Unis, suivis par le matériel électronique (27 %) et les chaussures (21 %).

En plus du gaspillage, on peut aussi mentionner le problème de l'empreinte carbone : tous ces retours nécessitent des moyens de transport comme l'avion ou les camions, entre les différents relais. Bref, si vous voulez protéger la planète, n'achetez plus vos cadeaux en ligne et ne les renvoyez pas.

À voir aussi sur konbini :