Le "RER surfing" ne fait pas rire la RATP

Deux adolescents se sont récemment filmés en train de voyager entre deux stations de RER, accrochés à l'extérieur du train. Un comportement qui a conduit la RATP à saisir les autorités judiciaires.

Encore une activité ridicule qui, on l'espère, ne deviendra pas un effet de mode. Malheureusement, la bêtise et l'inconscience humaines mènent parfois à franchir certaines limites, comme s'accrocher à l'extérieur d'un RER d'une station à l'autre. Un train qui peut atteindre des pointes de vitesse de 100 km/h.

C'est ce qu'ont récemment fait deux adolescents, sûrement avides de sensations fortes. Munis de leur connerie et d'un smartphone, ils ont pris leur courage à deux neurones et, une fois les portes du RER A fermées, ont quand même sollicité leurs mains pour se cramponner à l'un des wagons. On appelle ça le "RER surfing".

Publicité

Départ : gare de Neuilly-Plaisance en Seine-Saint-Denis, arrivée : Val-de-Fontenay. Entre les deux stations, deux minutes de "lol" pour ces mecs-là, mais surtout 120 longues secondes de risque pour leur intégrité physique.

Résultat, une vidéo, filmée par l'un des deux protagonistes :

Publicité

Rapidement publiée sur Facebook par un utilisateur le 2 novembre dernier, la vidéo a depuis été visionnée près de 440 000 fois sur le réseau social, générant de nombreuses réactions – la plupart négatives, même si quelques personnes évoquent l'éventualité de faire pareil. Un buzz et un comportement désolant qui ont poussé la RATP à réagir.

La RATP saisit les autorités judiciaires

Ce comportement a été qualifié de "dangereux, irresponsable et répréhensible" par la RATP, qui a fermement condamné ces actes. Et c'est sur sa page Facebook que la régie des transports parisiens a souhaité réagir, le 5 novembre dernier, en annonçant avoir immédiatement saisi les autorités judiciaires :

Le message de la RATP sur sa page Facebook, supprimé depuis. (Capture d'écran)

Le message de la RATP sur sa page Facebook. (Capture d'écran)

Publicité

La RATP a confirmé au HuffPost "avoir transmis tous les éléments dont elle dispose aux autorités". Des autorités qui cherchent actuellement à identifier les deux "surfeurs de RER". Des poursuites judiciaires seront alors engagées pour l'acte qu'ils ont commis, passible d'une amende aux yeux de la loi.

Une pratique répandue

Interdite, cette pratique n'est pas nouvelle. En Australie et surtout en Russie, elle est largement répandue dans le métro. Appelée le "métro surfing", elle a déjà fait plusieurs victimes et conduit à des centaines d'arrestations en quelques années.

En Inde également, certains acrobates s'accrochent régulièrement aux wagons de trains... mais pas que. Contrairement à nos deux jeunes français, encore plus de risques sont pris par certains Indiens qui n'hésitent pas à s'adonner à des numéros aussi dangereux et inconscients que spectaculaires :

Publicité

L'Afrique du Sud est un cas tout autre. Là-bas, certains jeunes adultes s'adonnent au "Staff Riding", pratique très importante dans le pays, aussi dangereuse que symbolique. Ils sautent alors sur le toit des trains en marche et opèrent une chorégraphie risquée au-dessous des câbles électriques, comme une danse macabre à pleine vitesse.

Mais leur approche est différente. Au-delà de la recherche de sensations fortes, cette passion est devenue chez eux un moyen d'expression, d'extériorisation et de protestation, comme le dit l'un des pratiquants de cette activité devenue religion, dans un court-métrage que nous avions relayé : "Au lieu de voler ou de tabasser quelqu’un, tu exprimes ta colère en grimpant sur un train." Parfois au péril de sa vie.

En France, on espère que cet exemple absurde de "RER surfing" ne donnera pas lieu à d'autres cas aussi inconscients.

Par Rachid Majdoub, publié le 07/11/2014

Copié

Pour vous :