AccueilÉDITO

Vidéo : dans le RER, une scène d'islamophobie ordinaire

Publié le

par Louis Lepron

Une vidéo revient sur une scène d'islamophobie ordinaire. L'illustration d'une augmentation en France des actes anti-musulmans depuis le 13 novembre. 

La vidéo a été téléchargée sur YouTube il y a deux jours, relayée par le site de Libération. Elle témoigne d'une scène qui se déroule dans une rame de RER, à Paris. Face-à-face, un dialogue entre un homme, habillé d'un qamis (une tenue longue qui est parfois portée par les hommes de confession musulmane), et une femme.

Cette dernière l'interpelle, sur un ton particulièrement agressif :

Ça devrait être interdit. C'est clair et net. Oui je vous le dis. Il y a trop de dérives. Et bien ça va changer. Je parle de savoir-vivre.

La femme est insistante, parle fort et adresse des "Mais je m'en fous !" à son interlocuteur, qui reste calme.

L'homme lui répond :

Je fais ce que je veux madame. Je suis dans un pays libre madame. Je dérange personne.

"Moi cette tenue me dérange" enchaîne la femme qui termine par : "Non, et bien ça va changer. C'est interdit. Il y a des choses qui sont interdites en France. On ne s'habille pas comme ça quand on respecte le pays dans lequel on vit".

Une montée de l'isalmophobie depuis le 13 novembre

Une scène d'islamophobie ordinaire. Déjà le 16 novembre, trois jours après les attentats, on comptabilisait des agressions, sous différentes formes : un homme d'origine turque était atteint par balle (Cambrai, Nord) ; une mosquée était vandalisée par des croix marquées par une peinture rouge sang (Créteil, Val-de-Marne) ; un kebab était vandalisé (Barentin, Seine-Maritime) et des coups de feu étaient tirés aux alentours d'une mosquée (Brest, Finistère).

C'était sans compter les propos d'hommes politiques d'extrême-droite, tels Jean-Yves Narquin (maire FN de Villedieu-le-Château) ou de Nadine Morano, député européenne du parti Les Républicains, qui n'a pas hésité à travestir la réalité :

Contacté par France 24, l'Observatoire national contre l'islamophobie du Conseil français du culte musulman (CFCM) a compté 32 actes antimusulmans depuis les attentats du 13 novembre dernier. Parmi eux, deux agressions de femmes voilées. Si le chiffre est moindre par rapport au lendemain de l'attaque de Charlie Hebdo, Abdallah Zekri, président du CFCM, craint une augmentation.

À voir aussi sur konbini :