AccueilÉDITO

Une équipe de réfugiés participera aux Jeux olympiques de Rio

Publié le

par Théo Chapuis

Le CIO va faire concourir une équipe de réfugiés originaires de différents pays lors des Jeux olympiques de Rio, en août 2016. Une première dans l'histoire de la compétition.

Les athlètes réfugiés participeront à la compétition sous la bannière des cinq anneaux olympiques. (© J. Brilman/Wikicommons)

Le Comité international olympique (CIO) a annoncé qu'une équipe de réfugiés participera aux Jeux olympiques de Rio, au Brésil, cet été. C'est Thomas Bach, le président de l'instance sportive, qui l'a annoncé alors qu'il faisait la visite du camp d'Eleonas à Athènes : "Nous souhaitons diriger l'attention du monde sur la situation des réfugiés", a-t-il indiqué à Reuters.

Thomas Bach a également affirmé que la flamme olympique traverserait un de ces mêmes camps, à Athènes, portée par un athlète réfugié. Cette année, la torche sera allumée à Olympie le 21 avril pour une arrivée au Brésil prévue le 3 mai.

Entre cinq et dix athlètes réfugiés attendent d'être qualifiés et ils concourront sous la bannière olympique, a ajouté le président du CIO, confirmant ce qu'il avait annoncé en octobre aux Nations unies, d'après ESPN. À l'époque, Thomas Bach justifiait cette initiative comme "un symbole d'espoir pour tous les réfugiés du monde". Ce sera la toute première fois qu'une équipe de réfugiés participera en tant que telle à la plus ancienne compétition sportive du monde.

En décembre, le CIO nommait déjà trois compétiteurs potentiels, dont deux femmes : une nageuse syrienne habitant en Allemagne, un judoka congolais réfugié au Brésil et une taekwondoïste iranienne vivant aujourd'hui en Belgique.

La bannière olympique, refuge sportif des apatrides

Comme le rappelle le New York Times , des champions du monde entier se sont déjà réunis sous le drapeau des anneaux olympiques en cas de crise géopolitique majeure. En 1992, des sportifs de Yougoslavie faisaient la compétition sous la bannière multicolore à cause de sanctions contre leur pays en pleine guerre des Balkans. En 2000 et 2012, c'est respectivement des ressortissants du Timor oriental et du Soudan du Sud qui s'en drapaient car leur comité olympique local n'était pas encore reconnu, ces pays venant à peine d'acquérir leur souveraineté.

Malgré les conditions hivernales, les tentatives de traversée de la Méditerranée par ceux qui fuient la guerre au Moyen-Orient ou en Afrique se poursuivent. Illustration tragique, six cadavres étaient encore retrouvés hier sur un canot par la marine militaire italienne. Plus de 3 770 migrants et réfugiés sont morts en 2015 en tentant de franchir la mer Méditerranée pour gagner l'Europe.

À voir aussi sur konbini :