featuredImage

Le vote contre l'interdiction de la "taxe tampon" fait réagir les internautes

L'Assemblée nationale a rejeté la demande d'un amendement contre la "taxe tampon". La réaction indignée des internautes ne s'est pas fait attendre. 

taxetampon

IS/iStockPhoto

C'est une décision qui passe mal. Très mal. Dans la nuit de mercredi à jeudi, l'Assemblée nationale a voté contre l'amendement pour une baisse de la "taxe tampon", alors même que la commission l'avait accepté mardi 13 octobre. Autrement dit, les protections hygiéniques (tampons, serviettes, coupes menstruelles) seront toujours taxées à 20% au lieu des 5,5% de TVA habituels.

La demande a été présentée par la présidente de la délégation aux droits des femmes à l'Assemblée, Catherine Coutelle. Elle s'est fait porte-parole de la pétition lancée par Georgette Sand – qui s'était déjà battu contre la taxe rose –  adressée à Michel Sapin et Pascale Boistard et qui avait recueilli pas moins de 18 000 signatures.

Les membres du collectif féministe demandaient à ce que les protections périodiques soient considérées comme des produits de première nécessité comme l'eau, les préservatifs, le riz ou les shampoings.

Mousse à raser et tampon, même combat ?

Mais selon Christian Eckert, secrétaire d'Etat au budget, il n'est pas question pour le gouvernement de changer cette taxe. Pour se défendre, il cite l'exemple (absurde) de la mousse à raser pour hommes qui est elle aussi taxée à 20% :

Le gouvernement ne souhaite pas bouger sur les niveaux de taux de TVA. Ça vaut pour cet amendement comme pour la kyrielle d'amendements que nous allons examiner. Mais il y a beaucoup de produits d'hygiène qui concernent plutôt les hommes, mais pas exclusivement, dont le taux de TVA est à 20%. Les mousses à raser, spéciales hommes, ont des taux de TVA à 20%".

La comparaison n'a pas lieu d'être puisque les hommes peuvent toujours choisir de ne pas se raser tandis que les femmes ne choisissent pas d'avoir ou non leurs règles... Cet exemple et la décision rendue ont immédiatement fait réagir les internautes qui se sont indignés sur Twitter.

Certaines rappellent que l'Assemblée nationale est composée à 70% d'hommes, qui ne soucient guère des préoccupations des femmes... D'autres proposent d'aller donner tous les mois des tampons usagers aux députés ou plus radicalement de laisser le sang couler à flots. Dans tous les cas, ce refus risque encore de faire parler et on ose espérer que l'appel finira par être entendu, comme cela a été le cas au Canada où le gouvernement a aboli la "taxe tampon".

Voici un florilège des réactions :

Par Fanny Hubert, publié le 15/10/2015