AccueilÉDITO

En France, le Brexit fait réagir une twittosphère divisée

Publié le

par Camille Deutschmann

Aujourd'hui 24 juin 2016 est une date que les écoliers devront dorénavant retenir pour leur cours d'histoire. Les Britanniques ont voté en faveur de la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, après quarante-trois ans d'appartenance.

Le référendum sur le Brexit, la sortie du Royaume-Uni de l'Union européenne, proposé aux Britanniques par le Premier ministre David Cameron, a eu lieu jeudi 23 juin. Non sans surprise (les sondages penchaient pour une victoire des europhiles), c'est le camp du "Leave" qui l'a emporté contre celui du "Remain", avec 51,9% des voix. La participation au vote a été de 72 %.

Après ce divorce historique – qui a conduit David Cameron à annoncer sa démission d'ici le mois d'octobre — que va-t-il se passer ? Quelles seront les conséquences ? Doit-on s'en inquiéter, s'en réjouir ? Entre ceux qui sont inquiets, ceux qui sont dans l'incompréhension et ceux qui se réjouissent, les avis sont partagés. Et cela se ressent sur Twitter.

Entre inquiétude et déception

Pour certains, ce départ est une décision vouée à l'échec, que les citoyens britanniques finiront par regretter tôt ou tard. Invoquant un futur sombre pour la jeunesse et l'économie, ces sceptiques du Brexit prédisent des conséquences funestes pour le Royaume-Uni. Ils somment le reste du monde de ne pas s'inspirer de ce référendum dévastateur, et tous les scénarios sont évoqués :

"Le Brexit est une victoire"

Le Brexit, il y a ceux qui s'en attristent, mais il y en a aussi ceux qui s'en réjouissent. Pour certains, ce référendum est une victoire démocratique, une belle leçon venue d'outre-Manche... dont les Français devraient peut-être s'inspirer, selon eux. Si François Hollande estime que ce référendum "met l'Union européenne en difficulté", d'autres personnalités politiques y voient un exemple parfait et une jolie occasion de prôner leurs idées.

Ça aurait pu être pire

L'habilité de Twitter à tout dédramatiser et à tourner les choses à la dérision est proverbiale. Certains Twittos ne se prononcent pas politiquement sur le #brexit, mais ils ont décidé de voir le verre à moitié plein. Le Royaume-Uni qui sort de l'Europe, d'accord, c'est voté. Mais si on voyait le bon côté des choses ?

Au pire, on peut toujours en plaisanter...

... ou s'en affranchir complètement.

Et maintenant ?

Maintenant que le Royaume-Uni a retiré son étoile du drapeau européen, les étudiants, travailleurs, supporters de l'Euro ou adeptes d'Asos voient leurs desseins menacés. Il est encore trop tôt pour parler remaniement de l'Union : les Britanniques devront négocier les conséquences de leur sortie de l'UE, et cela pourrait prendre beaucoup de temps. Alors en attendant, c'est légitime, la twittosphère se pose des questions :

À voir aussi sur konbini :