#IfTheyGunnedMeDown : après la mort d'un Noir-Américain, la révolte des internautes

Après le meurtre, samedi dernier, d'un jeune homme noir aux États-Unis, la manière dont les médias ont relayé ce fait divers a provoqué la colère des internautes. Ils répondent sous le hashtag #IfTheyGunnedMeDown pour dénoncer une forme de racisme dans les médias.

(Crédit Image : @Heartbreak_Rell sur Twitter)

(Crédit Image : @Heartbreak_Rell sur Twitter)

Samedi 9 août, Michael Brown, 18 ans, se fait tirer dessus par la police de Ferguson, dans la banlieue de Saint-Louis, et décède presque sur-le-champ. Dès le lendemain, alors que des centaines de personnes se sont rassemblées pour lui rendre hommage, les manifestations, qui s'annonçaient pacifiques, virent à l'émeute opposant forces de l'ordre et manifestants. La polémique porte sur les conditions de sa mort qui restent très floues.

Publicité

En effet, tandis que la police rapporte que le jeune homme a tenté de voler l'arme d'un policier, d'autres témoins racontent que lorsque les coups de feu ont été tirés, Michael Brown avait les mains levées et était non armé.

Si une enquête est actuellement en cours sur "d'éventuelles violations des droits civiques", beaucoup de personnes voient dans ce dernier meurtre une "nouvelle affaire Trayvon Martin", ce jeune Afro-Américain tué par un vigile de son quartier en Floride en février 2012. Il y a deux ans, le jeune homme de 17 ans avait été montré et décrit dans les médias comme un ado fumant régulièrement  de l'herbe et portant des colliers en or, rappelle The Root. Pratiquement aucune photo le montrait entouré de sa famille, par contre, celles où il posait tel un "voyou" étaient largement relayées.

Les internautes dénoncent une manipulation médiatique

Comme si l'histoire se répétait, la première image que les médias ont associé à Michael Brown pour rapporter les faits, était celle-ci :

Publicité

Une image où Michael reproduit donc un signe de "gangster". Pourtant, lorsqu'on regarde de plus près les réseaux sociaux qu'il utilisait, nombreuses sont les photos qui montrent le jeune homme sous un bien meilleur jour. Selon le site The Root, ces images correspondraient davantage à la description qu'en donnent ses proches, soit une garçon gentil et intelligent.

C'est donc pour dénoncer cette mauvaise représentation que les médias véhiculent lorsqu'une personne de couleur noire est victime d'une affaire sordide, que le hashtag #IfTheyGunnedMeDown a été créé. Le but étant de signaler un racisme pas forcément conscient mais apparent. Pour cela, plusieurs internautes – la plupart afro-américains – postent depuis dimanche sur Twitter, deux images qui les montrent sous un angle bien différent.

Publicité

Sur la première, ils boivent, fument, utilisent un langage gestuel attribué aux gangs. Sur la seconde, ils sont entourés de leurs familles, posent avec leurs enfants, sont tout sourire lors de leur remise de diplôme, etc. Ils se posent ainsi la question : "Si on me tirait dessus, quelle photo les médias choisiraient-ils ?" Si le hashtag n'empêchera pas d'autres personnes d'être abattues, il pose une question importante, celle de l'importance et la puissance du choix de l'image.

Publicité

Par Anaïs Chatellier, publié le 12/08/2014

Pour vous :