AccueilÉDITO

L’une des victimes présumées de R. Kelly raconte avoir subi un "entraînement sexuel”

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.youtube.com/watch?time_continue=7&v=w8jscru2mDE

L’une des victimes présumées du chanteur et de son "temple sexuel" s’est à nouveau exprimée publiquement sur ce qu’il lui aurait fait subir. Elle a notamment expliqué avoir dû endurer un "entraînement sexuel".

Il y a deux mois, BuzzFeed News publiait une enquête glaçante sur le chanteur de R’n’B R. Kelly, accusé par plusieurs familles de retenir des jeunes femmes dans une sorte de "temple sexuel" — des accusations qui étaient confirmées par trois anciennes collaboratrices du chanteur. Ces dernières ont expliqué que les victimes seraient retenues dans les propriétés du chanteur, qui "contrôlerait tous les aspects de leur vie : ce qu’elles mangent, comment elles s’habillent, quand elles se douchent, dorment et comment elles s’engagent dans des ébats sexuels qu’il enregistre". Il abuserait physiquement et psychologiquement des jeunes femmes, sans que les familles aient de recours légaux, les jeunes femmes ayant expliqué à la police qu’elles allaient "bien et qu’elles ne voulaient pas être dérangées".

BuzzFeed rapportait également que de "nombreuses" actions en justice avaient été lancées contre R. Kelly ces dernières années, mais qu’elles semblaient avoir été réglées grâce à des compensations financières, versées en dehors des tribunaux par le chanteur. Une victime présumée, Jerhonda Pace, a malgré tout décidé de parler à visage découvert, un mois après la publication de l’enquête. Et elle ne veut plus se taire.

En août, la jeune femme désormais âgée de 24 ans a ainsi raconté à BuzzFeed ce que R. Kelly lui avait fait subir, expliquant que malgré la signature d’un accord de confidentialité, elle avait décidé de parler publiquement parce qu’elle s’inquiétait pour les femmes vivant encore avec lui, et en particulier une amie qu’elle avait présentée au chanteur lorsqu’elles étaient adolescentes. Le site explique avoir eu accès à des documents légaux signés et des échanges de mails (qui attesteraient effectivement d’une relation entre les deux), et à un accord garantissant le silence de la jeune femme en échange d’un paiement "conséquent" de la part de l’agresseur présumé. Le témoignage de la jeune femme serait également confirmé par "plusieurs individus ayant eux-mêmes eu connaissance de la situation".

Des violences sexuelles, physiques et psychologiques

Jerhonda Pace a raconté au site avoir rencontré R. Kelly en 2008, alors qu’elle avait 15 ans (mais lui disait en avoir 19) et était une "grande fan" de lui. Ils se sont parlé pour la première fois devant le tribunal où il était jugé pour une affaire de pornographie infantile. Une vidéo le montrait, selon le procureur, ayant des relations sexuelles avec une jeune fille de 14 ans. Il lui demandait de l’appeler "daddy" et lui urinait dans la bouche. Le chanteur avait malgré tout été acquitté.

Jerhonda Pace séchait les cours pour assister au procès, et s’était même exprimée face caméra pour le défendre dans de grands médias (à qui elle avait dit être âgée de 18 ans). Après la rencontre, un ami et employé de R. Kelly aurait approché l’adolescente sur MySpace, et elle aurait ensuite été invitée à plusieurs reprises chez le chanteur, avec qui elle aurait entamé une relation abusive. Lors de leur premier tête-à-tête en juin 2009, après qu’il lui aurait demandé de se déshabiller et de défiler devant lui, ils auraient eu des rapports oraux. La deuxième fois, il lui aurait fait boire un cocktail qu’il appelait le "Sex in the Kitchen", dont le nom est tiré du titre de l’une de ses chansons, sortie en 2005. La jeune fille, ivre, aurait expliqué être vierge à R. Kelly, qui aurait trouvé cela "excitant". Les deux auraient ensuite eu des rapports sexuels (on ne sait pas si l’adolescente était consentante).

La relation aurait duré de nombreux mois, pendant lesquels ils auraient eu d’autres rapports sexuels, apparemment décidés par R. Kelly, qui aurait parfois imposé d’autres partenaires à l’adolescente. Celle-ci a déclaré avoir dû suivre un "règlement" : l’appeler "daddy", s’habiller comme il le lui ordonnait, lui demander sa permission pour aller aux toilettes, manger, se laver ou partir. Et elle aurait subi des violences physiques et psychologiques quand elle "désobéissait".

Un "entraînement sexuel"

Jerhonda Pace lui aurait avoué son véritable âge en juillet 2009, mais R. Kelly lui aurait répondu qu’elle devait mentir : dire qu’elle avait 19 ans et se comporter comme si elle en avait 25. La relation se serait finalement arrêtée en janvier 2010, après que R. Kelly aurait surpris l’adolescente en train d’envoyer un message à l’un de ses amis, et l’aurait violentée. "J’ai été giflée. J’ai été étouffée. Il m’a craché dessus", a-t-elle expliqué à BuzzFeed.

La jeune femme s’est à nouveau exprimée sur le plateau du talk-show The Real, ce 18 septembre. Et elle a apporté des précisions à son témoignage, décrivant une facette supplémentaire des abus sexuels, physiques et psychologiques dont elle aurait été victime de la part de R. Kelly. Avec émotion, la jeune femme a expliqué avoir été victime de violences physiques et enfermée pendant "des jours" dans une pièce. Elle a raconté avoir également subi une sorte d'"entraînement sexuel" dans le bus de tournée du chanteur.

Elle y aurait été invitée, et l’y aurait trouvé nu avec une femme, également dans le plus simple appareil. Le chanteur lui aurait alors expliqué : "Elle va t’apprendre tout ce que tu dois savoir. Donc elle va te donner du plaisir", avant de lui ordonner : "Enlève tes vêtements, elle va tout t’apprendre." La femme en question aurait ensuite procédé à cet "entraînement" devant apprendre à Jerhonda Pace ce qu’elle devait faire sexuellement à R. Kelly : "Elle m’a appris à lui donner du plaisir et elle m’a aussi appris ce que j’aimais".

"Sa musique éclipse tout en ce qui concerne ses méfaits"

La jeune femme est également revenue sur la fin de sa relation abusive avec le chanteur : elle aurait plus précisément profité des préparatifs d’une fête pour s’enfuir de la maison du chanteur. Elle y serait parvenue en mentant sur le fait qu’elle devait récupérer des chaussures chez son oncle pour la soirée, ce que R. Kelly aurait autorisé, lui permettant de s’échapper.

Le témoignage de la jeune femme fait donc écho aux autres récits rapportés par BuzzFeed dans son article initial. Après la publication de l’enquête, des milliers de fans ainsi que des figures politiques locales avaient demandé à ce que le concert du chanteur à Atlanta le 25 août dernier soit annulé. En vain, comme Jerhonda Pace l’expliquait au site d’actualité :

"Sa musique éclipse tout en ce qui concerne ses méfaits. Personne ne pense au mal qu’il a fait ou qu’il est en train de faire à des jeunes femmes, et sa vie personnelle ne veut rien dire en ce qui concerne les publicitaires se faisant de l’argent sur son dos."

Ce constat, le journaliste de BuzzFeed Jim DeRogatis, le fait depuis maintenant 17 ans, et plus particulièrement depuis qu’il a reçu la cassette de R. Kelly dans laquelle il urinait dans la bouche d’une fille de 14 ans… Comme il l’a expliqué à Greenroom :

"Le pire c’est que dans ses chansons, Kelly évoque lui-même certains de ses crimes, il en parle de lui-même. Au final, tout ce que j’ai écrit, avec ces enquêtes, a toujours été visible par tous dans les chansons de Kelly. […] R. Kelly a toujours été très clair sur la personne qu’il est, il nous l’a toujours dit."

Pour le journaliste, si le chanteur s’en sort, comme d’autres hommes célèbres, c’est bien "à cause de la culture de la célébrité. On adule des stars, et on ne fait plus la différence entre l’art et les artistes". Jim DeRogatis espère quand même que ce système finira par être aboli, et que justice soit faite pour toutes les victimes brisées par ces célèbres criminels.

À voir aussi sur konbini :