AccueilÉDITO

"Queer Insurrection" : la première unité armée LGBTQ+ qui combat l’État islamique en Syrie

Publié le

par Cyrielle Bedu

Alors que la communauté homosexuelle est harcelée et persécutée depuis des années par Daech, un groupe de combattants LGBTQ+ a été formé pour combattre l’État islamique en Syrie. Cette unité serait composée de volontaires internationaux et lutterait aux côtés de combattants kurdes.

La communauté LGBTQ+ ne supporte plus la persécution de Daech. En réponse aux attaques qu’elle subit, plusieurs de ses membres ont donc décidé de se réunir et de se battre en Syrie, afin de contrer l’avancée de l’État islamique, comme le rapporte le site du magazine d’information américain Newsweek.

Depuis plusieurs années en effet, les populations homosexuelles n’ont cessé d’être ciblées par les combattants de l’État islamique. Au Moyen-Orient, "il n’y a qu’une sentence [pour eux], c’est la mort. Certains sont lapidés, d’autres sont jetés du haut d’une falaise ou d’un immeuble", expliquait en juin 2016 à 20Minutes le journaliste à France 24 et spécialiste des mouvements djihadistes, Wassim Nasr. Il s’exprimait alors quelques jours après la fusillade d’Orlando, qui avait fait 49 morts dans une boîte de nuit gay, aux États-Unis.

Le drapeau arc-en-ciel fièrement brandi

C’est dans ce contexte que dans un communiqué relayé sur Twitter, des membres de la communauté LGBTQ+ ont annoncé avoir créé une unité militaire pour "casser la conception binaire du genre et faire avancer la révolution des femmes, tout comme, plus largement, la révolution du genre et du sexe".

"Les membres de la 'Queer Insurrection and Liberation Army' ont observé avec horreur les forces extrémistes et fascistes attaquer la communauté queer et en tuer d’innombrables membres, arguant que ceux-ci étaient 'malades', 'néfastes' et 'contre-nature'. Les images d’hommes gays jetés de toits d’immeubles et lapidés par Daesh, étaient des choses devant lesquelles nous ne pouvions pas rester les bras croisés."

"[…] Nous voulons mettre l’accent sur le fait que la queerophobie, l’homophobie et la transphobie ne sont pas inhérentes à l’Islam ou à une autre religion. Nous connaissons beaucoup de Musulmans, de Juifs, de Chrétiens, d’Hindous, de Bouddhistes, etc. qui acceptent et accueillent les personnes uniques et non conformistes […]. Nous leur sommes solidaires contre le fascisme, la tyrannie et l’oppression."

Comme l’explique Newsweek, il est encore difficile de savoir à l’heure actuelle, de combien de personnes est composée cette unité militaire.

À voir aussi sur konbini :