AccueilÉDITO

Quand Hugo Tout Seul montre à quel point l’appareil génital féminin reste tabou

Publié le

par Mélissa Perraudeau

@https://www.instagram.com/p/BZzA5nID-xc/?tagged=uterus

Le youtubeur a rapporté sur Twitter une discussion qui semble l’avoir choqué entre deux femmes qui parlaient utérus, stérilet et tampon.

Ce lundi 2 octobre, le youtubeur Hugo Tout Seul a publié trois tweets qui ont vite suscité beaucoup d’indignation. Il y rapportait une conversation anodine, entendue en terrasse d’un bar : des femmes discutaient entre elles "d’hématomes dans l’utérus", de stérilets et de tampons. L’homme de 29 ans avait l’air de trouver ça dégoûtant, comme le Huffington Post l’a rapporté.

L’appareil génital féminin, un tabou ?

Le vidéaste semble avoir été choqué au point de tweeter son ressenti, avec des commentaires moqueurs, comme si l’anatomie féminine, les menstruations ou la contraception étaient taboues ou sales. Pour beaucoup, ses propos ont reflété les injonctions sexistes traditionnelles qui veulent que les femmes cachent leurs règles, gèrent leur contraception seules et en secret, et souffrent en silence plutôt que d’oser parler de leurs problèmes génitaux.

L’indignation est d’autant plus forte que ces trois tweets venaient d’un homme qui avait montré qu’il jugeait par contre légitime que la gent masculine, elle, parle librement de son appareil génital. En 2011, il avait en effet publié une vidéo parlant d’urologie.

De nombreuses internautes ont dénoncé le fait que conforter ces tabous pouvait avoir un impact sur la santé des femmes, évoquant par exemple la maladie de l’endométriose. Il faut en moyenne sept ans pour la diagnostiquer, et le sexisme médical en est en partie responsable.

Les règles restent trop souvent taboues, et la parole des femmes est décrédibilisée. Le manque de recherche, contribuant à sa mauvaise prise en charge, ne permet pas d’amélioration de la situation, comme si ça ne valait effectivement pas la peine d’en parler.

"Une lignée de blagues pas drôles et sexistes"

Deux jours après ses tweets, Hugo Tout Seul s’est dit "désolé" et a expliqué qu’il riait du fait que la conversation tourne autour de "problèmes génitaux", et qu’il aurait réagi de la même façon si ça avait été des hommes. Mais qualifier un stérilet et un tampon de "problèmes" n’a pas vraiment réglé les choses.

La youtubeuse Antastesia s’est saisie du sujet dans une vidéo intitulée "À Hugo tout seul et tous les autres dégoûtés". Expliquant ne pas vouloir "faire un procès" au youtubeur, elle a voulu décrypter comment ses propos reflétaient un problème sociétal plus large.

"Ce genre de blague s’inscrit dans toute une lignée de blagues pas drôles et sexistes qui visent à faire du corps de la femme quelque chose de sale, d’impur, à faire des règles quelque chose de tabou, quelque chose de dégoûtant, à faire de la contraception un sujet qui ne touche pas les hommes. […]

J’ai vu ses tweets. C’est fatigant de devoir s’excuser d’avoir du sang qui coule par nos vagins une fois par mois […]. Elles ne parlaient pas d’un truc déplacé, de leurs organes génitaux […]. Ici on parle d’un sujet qui n’a rien de tabou, rien d’impropre, d’impudique, de malsain."

Un tabou dont il faut continuer à parler

La vidéo a été visionnée plus de 22 600 fois, et compte près de 500 commentaires. Si beaucoup de femmes y remercient la youtubeuse pour ses explications, de nombreuses réactions agressives montrent le chemin qu’il reste à parcourir pour briser les tabous entourant l’appareil génital féminin. L’évolution de la considération du clitoris – qui est enfin représenté correctement dans un manuel scolaire en 2017 après avoir longtemps été oublié ou mal représenté –, indique peut-être que ce changement est enclenché.

Pour Jack Parker, autrice du livre Le Grand Mystère des règles, la lutte menée contre la "taxe tampon" en 2015 a constitué un tournant décisif en ce qui concerne le tabou des menstruations. Elle considère que la libération de la parole se fait progressivement depuis, comme elle l’a expliqué à RTL en revenant sur son ouvrage :

"Le dialogue et la médiatisation font des miracles. C’est ce que j’ai pu observer depuis que je me suis lancée dans cette sanglante aventure : une fois qu’on ouvre le dialogue, les barrières tombent plus rapidement qu’on ne pourrait le croire – dans certains milieux, en tout cas.

Les gens ont énormément de choses à dire et de questions à poser, il suffit de les pousser un peu pour que ça sorte. Plus on le fera, plus ça deviendra banal, et bientôt on se demandera pourquoi on en a fait tout un foin au point d’écrire des livres sur le sujet."

À voir aussi sur konbini :