AccueilÉDITO

Quand Dieudonné écrit une lettre à Salah Abdeslam pour le rencontrer

Publié le

par Clothilde Bru

Selon des informations du Parisien, l’humoriste controversé a écrit au terroriste présumé des attentats du 13 novembre 2015 pour solliciter une entrevue avec lui.

Pour quelle raison Dieudonné a-t-il bien pu prendre la plume pour écrire à Salah Abdeslam, le seul terroriste présumé encore vivant des commandos des attentats du 13 novembre 2015 ? Selon Le Parisien, qui a révélé l’information ce lundi 15 janvier, l’humoriste polémique travaillerait actuellement à l’écriture d’un livre au titre déjà tout trouvé : "Comment arrêter les attentats en France ?"

Une entreprise littéraire pour le moins ambitieuse qui nécessite, selon lui, une rencontre avec Salah Abdeslam, incarcéré depuis le 28 avril 2016 à la maison d’arrêt de Fleury-Mérogis. La lettre datée du 30 septembre, et dont Le Parisien publie des extraits, tiendrait sur une page. Afin de convaincre Salah Abdeslam – mutique depuis son transfert en France – de lui accorder une entrevue, Dieudonné se montre plutôt complaisant à l’égard des motivations du terroriste présumé :

"Nous ne voulons pas parler des actes qui vous sont reprochés. Ce qui nous intéresse est de comprendre votre état d’esprit et les raisons qui vous ont poussé à agir. La violence est un mode d’expression qui surgit quand tous les autres ont échoué : l’attentat a pour but d’envoyer un message fort qu’on ne peut transmettre autrement. C’est en tout cas comme ça que nous le comprenons. En discutant avec vous, nous espérons mieux comprendre la profonde révolte qui vous habite et à laquelle la société reste sourde."

"J’ai moi-même été condamné pour apologie d’acte de terrorisme…"

L’avocat des parties civiles a immédiatement réagi au nom des familles des victimes : "Cette lettre nous pose un problème", a déclaré maître Gérard Chemla, interrogé par Le Parisien. "Il y a une inversion des valeurs. L’humoriste présente le terroriste comme une victime de la société en état de légitime défense."

Dans le but d’établir le contact avec Salah Abdeslam, Dieudonné se permet même de faire un parallèle entre la situation du Belge et sa condamnation en 2016, pour apologie du terrorisme :

"J’ai moi-même été condamné pour apologie d’acte de terrorisme, au moment de ce qu’il est convenu d’appeler les attentats de Charlie Hebdo, pour ne pas m’être senti assez Charlie : on m’a reproché d’avoir écrit sur Internet : 'Ce soir, en ce qui me concerne, je me sens Charlie Coulibaly.'"

La cour d’appel de Paris l’avait alors condamné à deux mois d’emprisonnement avec sursis et une amende de 10 000 euros. Pour l’avocat de Dieudonné, maître Jacques Verdier :

"Il ne s’agit pas du tout d’une provocation ni d’une quelconque sympathie pour le terrorisme. Il y a une volonté de comprendre le moteur qui a conduit à ces actes. C’est un travail de construction que M. Dieudonné effectue avec deux psychothérapeutes."

Le juge d’instruction en charge du dossier a finalement refusé qu’ait lieu la rencontre.

À lire -> La cour d’appel de Paris confirme l’expulsion de Dieudonné du Théâtre de la Main d’or

À voir aussi sur konbini :