AccueilÉDITO

Cette carte interactive vous montre en temps réel la qualité de l'air à travers le monde

Publié le

par Jeanne Pouget

cap écran carte

AirVisual, une start-up française basée à Pékin, a réalisé une plateforme en ligne permettant de visualiser les trajectoires des particules fines en temps réel partout dans le monde.

De Paris à Pékin, les chiffres alarmant sur la mauvaise qualité de l'air se multiplient. 92 % de la population mondiale respire un air trop pollué, avertissait en septembre 2016 l'Organisation mondiale de la santé (OMS), qui estime que la pollution aurait causé le décès prématuré de 7 millions de personnes en 2012. Des chiffres qui donnent le vertige mais dont la réalité est parfois difficile à percevoir, la pollution étant bien souvent peu visible à l'œil nu.

Aussi, la carte interactive en trois dimensions d'AirVisual permet en un clic de prendre conscience de l'ampleur du problème. Il suffit de déplacer la souris sur la carte et de zoomer sur la zone du globe qui vous intéresse. Par exemple, si la France est majoritairement dans le vert, la région parisienne, elle, se trouve dans le rouge. Rien d'étonnant au regard de l'actualité atmosphérique de ces dernières semaines qui a vu déferler un nuage de particules fines sur tout l'Hexagone, en particulier à Paris et à Lyon où le seuil d'alerte de 80 microgrammes par mètre cube (µg/m³) était amené à perdurer.

Une partie de l'Afrique et la Chine dans le rouge

Les pays les plus atteints par la pollution aux particules fines se situent en Afrique et en Asie. Le Maroc, le Congo, le Soudan du Sud, Niger mais aussi la Namibie sont en violet sur la carte. C'est également le cas au sud-est de la Chine et au nord-est de l'Inde, ainsi que dans la région de Perth, située dans le sud-ouest de l'Australie, et que pour une partie de l'Argentine et du Chili.

Dans ces régions, la carte AirVisual indique présentement un taux de particules fines (PM2,5) de 170 µg/m³. En sachant que les valeurs recommandées par l'OMS sont de 10 μg/m³ de moyenne annuelle et de 25 μg/m³ en moyenne sur 24 heures. L'inhalation d'un tel taux de particules fines a donc des conséquences directes et désastreuses sur la santé.

"Il est difficile de voir la pollution de l'air de nos propres yeux, alors nous avons voulu la rendre palpable" explique Yann Boquillod, fondateur d'AirVisual au Washington Post. Une fois que vous voyez la Terre en 3D c'est presque choquant. Notre planète souffre réellement de la pollution que nous avons créée."

Et de conclure : "Nous voulons que les gens prennent conscience que le réchauffement climatique ne vient pas de nulle part. Il vient de nos émissions. Nous voulons montrer à quel point [la pollution] est mauvaise, et que les gens aient accès aux données – pour qu'ils puissent d'abord se protéger et ensuite pousser les gouvernements à agir."

À lire -> Voici la carte des villes les plus polluées de France selon l’OMS

À voir aussi sur konbini :