AccueilÉDITO

Le Premier ministre chinois promet de ramener le ciel bleu dans son pays

Publié le

par Jeanne Pouget

Alors que l'empire du Milieu se retrouve régulièrement pris dans un épais "smog", le Premier ministre Li Keqiang a promis dans un discours prononcé dimanche 5 mars, de rendre à ses compatriotes un "ciel bleu". 

Certains promettent plus d'emplois, d'autres moins de dette, ou plus de croissance, le numéro deux du gouvernement chinois, lui, préfère faire des promesses sur la couleur du ciel. Il faut dire que depuis des mois, pour ne pas dire des années, la qualité de l'air en Chine est catastrophique jusqu'à déclencher une alerte rouge à plusieurs reprises. Le pays le plus pollué du monde (avec les États-Unis) n'en finit plus d'étouffer sous un épais brouillard de pollution, saturé en particules fines. Et on ne cesse de le répéter, dans le pays, près de 4 000 personnes meurent chaque jour de maladies liées à la pollution.

Une situation sanitaire qui commence à exaspérer les citoyens et qui a donc poussé le Premier ministre chinois à s'exprimer longuement sur le sujet dans un discours solennel prononcé dimanche soir à l’ouverture de la session annuelle du Parlement devant 3 000 députés dans lequel il s'est engagé à "mener une guerre sans merci pour préserver le ciel bleu".

Un discours de fermeté pour en finir avec la pollution

Alors qu'en décembre dernier, le pays a passé une étape supplémentaire en instaurant une taxe sur la pollution industrielle, Li Keqiang a réaffirmé sa volonté de renforcer des normes écologiques et de les faire appliquer strictement : "Nous fermerons sans hésitation selon la loi les entreprises non conformes. [...] Ceux qui polluent en cachette ou qui fraudent seront sévèrement punis", a-t-il lancé dans son discours rapporté par le site 20 minutes.

Une politique de fermeté qui s'adresse aussi aux cadres du régime qui pourraient fermer les yeux ou être tentés par la corruption : "Ceux qui ne font pas respecter la loi ou qui tolèrent les infractions des pollueurs doivent aussi être poursuivis avec sévérité", a-t-il ajouté. Combatif et déterminé, il s'est engagé à combattre la pollution "jusqu’à la victoire finale", promettant que "le bleu azur se verra davantage chaque année".

Et pour mettre toutes les chances de son côté, il a ouvert la voix à la fin du règne du charbon qui assure actuellement 62 % du bilan énergétique chinois, et dont la combustion utilisée pour le chauffage et la production d’électricité est à l'origine d'une grande partie de la pollution atmosphérique. Plus de 3 millions de ménages passeront du charbon à l’électricité ou au gaz cette année, a-t-il indiqué. Pourvu qu'il joigne le geste à la parole.

À voir aussi sur konbini :