La raison pour laquelle les chats ne nous aiment pas

Des scientifiques nous apprennent la terrible vérité : les chats ne vivent pas avec nous parce qu'ils nous aiment. 

GrumpyCatFeaturedImage

Le fameux Grumpy Cat

Vous pensez que votre Félix vous voue un amour inconditionnel ? Billevesées ! Ce que vous ignorez, c'est que votre chat ne vous appartiendra jamais totalement. Repérée par le site Quartz et relayée en France par Slate, une étude menée par l'Université de Washington tend à prouver que les chats côtoient les humains depuis trop peu longtemps pour être réellement domestiqués, et ne sont pas tellement différents de leurs frères sauvages.

Publicité

Selon les scientifiques, les différences génétiques entre les chats de maison et les chats sauvages se trouvent dans les génomes liés à la fourrure, la grâce et la docilité. Ce dernier groupe de gènes, surtout, commande les mécanismes de récompense et de contrôle de la peur.

Ce facteur est déterminant dans l'accoutumance des chats aux hommes, écrivent les chercheurs : 

La sélection [génétique] par la docilité, qui résulte de l'accoutumance aux humains pour les récompenses en nourriture, a très probablement été la force majeure qui modifia le génome des premiers chats domestiqués.

Publicité

En clair, votre matou ne consent à subir vos papouilles que parce qu'il sait pertinemment qu'il y aura de la pâtée à la clé. Esprit de survie.

Nous ne sommes rien à leurs yeux

La différenciation entre les chats domestiques et sauvages, expliquent les chercheurs, serait intervenue il y a environ 9000 ans. Les humains auraient adopté des chats pour leurs qualités de chasseurs de rongeurs, qu'ils récompensaient avec de la nourriture ; les chats auraient développé une certaine docilité envers les hommes afin de continuer à être nourris. Les félins les plus dociles se seraient reproduits entre eux, jusqu'à créer une race différente de leurs cousins sauvages.

Pour autant, les chats domestiqués ne sont pas dépendants des humains. Les études montrent que les chats de maison sont tout aussi aptes à se fournir seuls en nourriture que les chats sauvages. Pire : les chats ne nous aiment pas, selon Vox encore cité par Slate. Il se frotteraient contre nous pour mieux imprégner leur environnement de leur odeur.

Publicité

Encore pire ? Dans un article précédent on vous relayait cette autre étude selon laquelle aux yeux des chats, nous ne serions mêmes pas des humains, mais de grands chats stupides. Décidément, il n'y a vraiment que la bouffe qui retient les félins à nos côtés.

Et c'est ici que les vidéos des Nuls prennent tout leur sens, notamment lorsqu'on pense au Comité Contre les Chats (CCC) :

Publicité

Par François Oulac, publié le 14/11/2014

Copié

Pour vous :