Pourquoi cette photo de Mark Zuckerberg en Chine fait tant jaser sur la Toile

Pollution de l'air, censure Facebook et jogging... C'est à un véritable Kamoulox en image que Mark Zuckerberg nous convie avec son dernier post.

Une photo fascinante (© Facebook Mark Zuckerberg)

Mark Zuckerberg passe devant la Cité interdite à Pékin, à l'aise. (© Mark Zuckerberg / Facebook)

Éternel sourire aux lèvres, Mark Zuckerberg a cru bon d'animer sa communauté, ce jeudi 17 mars, avec un cliché le montrant en pleine séance de running sur le parvis de la place Tiananmen, face à la Cité interdite de Pékin (Chine). Le magnat du Web est en visite dans la capitale chinoise pour ce que la presse du monde entier qualifie "d'opération séduction" : et pour cause, officiellement, Facebook est toujours interdit dans le pays.

Publicité

It's great to be back in Beijing! I kicked off my visit with a run through Tiananmen Square, past the Forbidden City and...

Posté par Mark Zuckerberg sur jeudi 17 mars 2016

"C'est si bon de revenir, Pékin ! J'ai commencé ma visite avec un jogging à travers la place Tiananmen, devant la Cité interdite et de là jusqu'au temple du Ciel [...]"

Publicité

Sous l'œil bienveillant du Grand Timonier, Mark Zuckerberg aurait donc parcouru cette distance en courant, alors même qu'un smog épais s'appesantissait sur la ville. D'après Quartz, qui prend pour référence l'heure de publication de la photo, le milliardaire aurait couru pendant un pic de pollution particulièrement peu propice au jogging... voire à toute activité outdoor.

Selon un rapport météorologique du département d'État américain, la qualité de l'air était si chargée en pollution jeudi qu'elle était considérée comme carrément "dangereuse", puisqu'elle atteignait douze fois le niveau maximal d'exposition recommandé par l'Organisation mondiale de la santé (OMS). Quand elle atteint ce taux critique, il est fortement conseillé d'éviter "tout effort en extérieur".

De 20h à 11h du matin entre le 17 et le 18 mars, la qualité de l'air était qualifiée de "dangereuse" à Pékin (Capture d'écran Stateair.net)

De 20 heures à 11 heures du matin entre le 17 et le 18 mars, la qualité de l'air était qualifiée de "dangereuse" à Pékin. (Capture d'écran Stateair.net)

Publicité

Dès lors, le PDG de Facebook a subi le courroux de nombreux observateurs sur Twitter, comme le département asiatique de Greenpeace :

"Vous n'oubliez pas quelque chose ? Mark Zuckerberg, le smog tue des milliers de personnes chaque jour, portez un masque", commente l'ONG, qui fait référence à la vertigineuse estimation relevée par Le Monde de 4 000 personnes emportées chaque jour par la pollution en Chine.

Publicité

Il poste sur Facebook depuis la Chine

Plus prosaïques, d'autres se posent une question toute simple et pourtant décisive : comment Mark Zuckerberg fait-il pour utiliser Facebook en Chine ? C'est la question que pose sur son propre compte le Hongkongais Joshua Wong, leader de la "révolution des parapluies" et opposant au régime chinois.

Certains pensent avoir trouvé la réponse dans l'usage d'un VPN, ces réseaux de connexion cryptée permettant d’accéder à Internet malgré les restrictions des pare-feux.

Apparemment, le VPN de certains marche plutôt bien en Chine

Que fait Mark Zuckerberg à Pékin ?

Même si les citoyens chinois n'ont pas le droit d'utiliser le réseau social au milliard d'amis, Mark Zuckerberg semble bien en opération séduction. Il est à Pékin pour participer à un prestigieux forum économique où se croiseront des chefs d'entreprises et des patrons du Web chinois, comme des hauts responsables du parti.

Comme le rappelle la Tribune de Genève, le patron de Facebook s'est déjà rendu plusieurs fois en Chine et a donné des discours en mandarin dans des universités. Si le réseau social est bel et bien toujours bloqué au pays de Mao Zedong, la marque Facebook y entretient de nombreuses activités commerciales annexes.

Quoi qu'il en soit, le responsable de la photo high-tech toujours détentrice du titre de la plus WTF de 2016 a déjà eu droit à son détournement, et il est parfait :

Par Théo Chapuis, publié le 18/03/2016

Pour vous :