Pour sa nouvelle campagne, Helmut Lang a pris des chauffeurs de taxis comme mannequins

Doucement mais sûrement, la mode renverse ses standards de beauté. Helmut Lang confirme cette évolution avec sa dernière campagne, qui met en scène des chauffeurs de taxis new-yorkais portant des pièces de sa collection Taxi Project.

(© Helmut Lang/Alex Lee)

L’industrie de la mode est bel et bien en train de prendre un nouveau tournant. Que ce soit sur les podiums des dernières Fashion Weeks ou dans les campagnes de pubs, le monde de la mode recrute de plus en plus de mannequins aux physiques ne répondant pas nécessairement aux canons traditionnels de beauté. Des mannequins plus vieux, plus enrobés, handicapés, qui louchent ou encore avec une "vraie gueule"… La mode revoit petit à petit ses standards.

Publicité

Et ça fait du bien. En effet, comment réussir à s’identifier à toutes ces mannequins à la taille 32, aux cheveux soyeux, au sourire ultra bright et aux jambes d’un mètre de long ? C’est une mission impossible pour une très grande majorité des femmes – une chose que le collectif Vetements a comprise il y a bien longtemps.

Le label a ainsi fait preuve d’un avant-gardisme déconcertant, en faisant défiler des gens de tous les jours lors de ses derniers défilés. Pour sa dernière campagne, la marque a carrément fait poser des Zurichois ordinaires dans les rues de leur ville. Tous les profils et tous les âges étaient alors au rendez-vous.

Publicité

Les street castings sont ainsi de plus en plus tendance. Des agences de mannequinat dédiées au recrutement de profils atypiques se développent et connaissent un franc succès. Les marques les plus en vogue font appel à elles pour leurs défilés, à l’instar de Y/Project.

(© Helmut Lang/Alex Lee)

Helmut Lang a su cerner avec brio cette nouvelle grande tendance. En effet, pour sa dernière campagne, baptisée "Taxi Project", le créateur autrichien a choisi de rendre hommage à New York et ses habitants, en prenant comme mannequins des gens qui connaissent la Grosse Pomme mieux que quiconque : des chauffeurs des emblématiques taxis jaunes.

Publicité

Shootés par le photographe Alex Lee, ils arborent fièrement la nouvelle collection streetwear du designer. La série de photos nous fait découvrir des sweats à capuche et des T-shirts à manches longues affichant les inscriptions "Taxi" et "Helmut Lang". Le tout a été pensé dans une gamme de couleurs reflétant l’univers professionnel de ces mannequins : le jaune, le noir et le blanc.

Cette nouvelle campagne fait écho à celle de 1998, pour laquelle Helmut Lang avait utilisé des taxis pour sa promo – une première pour une telle marque (cette année, le couturier a choisi de réitérer l’expérience en ayant recours à 275 taxis jaunes). Sur certaines pièces de Taxi Project, on retrouve d’ailleurs des photos prises à l’époque par Iain R. Webb. Si les coupes et l’esthétique de la collection sont relativement basiques, les prix vous rappelleront immédiatement que c’est du Helmut Lang : dans les 180 euros pour un sweat-shirt et environ 105 euros pour un T-shirt.

Pour plus d’infos, c’est par ici.

Publicité

(© Helmut Lang/Alex Lee)

(© Helmut Lang/Alex Lee)

(© Helmut Lang/Alex Lee)

(© Helmut Lang/Alex Lee)

(© Helmut Lang/Alex Lee)

Par Manon Baeza, publié le 08/12/2017

Pour vous :