AccueilÉDITO

Pour la ministre de la Culture, il n’est "pas acceptable" que Mathieu Gallet reste PDG de Radio France

Publié le

par Astrid Van Laer

Le PDG de Radio France, Mathieu Gallet, a été condamné mardi 15 janvier pour "favoritisme" lorsqu’il était à la tête de l’Ina. Pour la ministre de la Culture, ce ne serait "pas acceptable" qu’il ne démissionne pas de la présidence de la Maison ronde.

Mardi 16 janvier, la ministre de la Culture Françoise Nyssen a réagi à la condamnation par le tribunal correctionnel de Créteil du PDG de Radio France, Mathieu Gallet. Ce dernier a écopé lundi 15 janvier d’une peine d’un an de prison avec sursis assortie d’une amende de 20 000 euros pour "favoritisme".

Lorsqu’il a dirigé l’Institut national de l’audiovisuel (Ina) entre 2010 et 2014, Mathieu Gallet, qui a par ailleurs fait appel de sa condamnation, n’a pas respecté les réglementations du marché public en vigueur en ne faisant pas d’appel d’offres ou en ne respectant pas les durées légales de ce dernier pour attribuer des contrats à des sociétés de conseil, dont le montant total fut de 400 000 euros.

"Il appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences"

Après avoir insisté sur la nécessité d’une "exemplarité des dirigeants des établissements et des entreprises publiques", Françoise Nyssen a déclaré au Monde que le maintien de M. Gallet à la tête de Radio France ne constituait pas selon elle une "situation acceptable" :

"Un dirigeant d’entreprise publique condamné pour favoritisme, ce n’est pas une situation acceptable.

Il appartient à l’intéressé d’en tirer les conséquences, ainsi qu’au Conseil supérieur de l’audiovisuel, légalement compétent."

Le Conseil supérieur de l’audiovisuel (CSA) est effectivement le seul habilité par la loi relative à l’indépendance des médias à défaire Mathieu Gallet de ses fonctions, puisque ce dernier a pour l’instant exclu de démissionner de son propre chef. Le CSA se réunira mercredi pour décider s’il démet le PDG de Radio France, dont le mandat est supposé courir jusqu’au 12 mai 2019, comme l’a annoncé une porte-parole de l’institution : "Le collège examinera la situation en séance plénière."

À lire -> Françoise Nyssen annonce la mise en place du "passe culture" dès septembre 2018

À voir aussi sur konbini :