AccueilÉDITO

Pour en finir avec le "slut-shaming"

Publié le

par Ariane Nicolas

(iStock)

Une adolescente a été victime de harcèlement sur les réseaux sociaux ce week-end. Son tort ? Avoir fait l'amour avec un garçon. Ce genre d'attaques doit cesser.

(iStock)

Elle a les cheveux châtain, l'allure gracile et un visage doux... s'il n'était déformé par une grimace de terreur. L'adolescente, que nous appellerons Léa, a été surprise en train de faire l'amour avec un garçon. La photo de cet ébat sexuel, prise en mars, a tourné en boucle ce week-end sur les réseaux sociaux et aurait été envoyée au père de la jeune fille. Victime de "slut-shaming", comme trop de femmes, encore.

Sur l'échelle des trucs gerbants inventés pour culpabiliser les femmes d'être elles-mêmes, le "slut-shaming" se place bien en haut. Quelle horrible sensation d'être ainsi dérangée dans son intimité, traînée dans la boue sous les rires moqueurs, chaque complice de cette lâche entreprise soufflant derrière son écran : "La honte, heureusement que c'est pas moi !"

La "salope" n'existe pas

Le "slut-shaming" ne fait pas seulement référence à un acte sexiste, violent, atroce, il part d'un présupposé faux : certaines femmes seraient des "salopes" (ou "slut" en anglais), d'autres pas (et celles qui le sont devraient payer pour l'être). Cette distinction, élaborée à la base par des féministes pour dénoncer ces agissements, n'a pas de sens. La "salope" n'existe pas.

Il y a des femmes qui aiment faire l'amour, des femmes qui n'aiment pas ça. Il y a des femmes qui couchent avec beaucoup d'hommes (ou de femmes, mais nous sommes ici dans un schéma très hétéro), d'autres qui couchent avec le même homme toute leur vie. Il y a des femmes qui sucent, qui pratiquent la sodomie, qui jouent avec des sex toys, et il y en a qui ne sucent pas, qui ne pratiquent pas la sodomie et qui ne jouent pas avec des sex toys. Il y a des femmes qui perdent leur virginité à 13 ans, d'autres qui restent vierges toute leur vie.

Tout cela, ce sont des "femmes". Rien d'autre. Le mot "salope" a été inventé par les bigots et les moralistes de tous crins pour s'élever au-desus d'une mêlée qui les choque, parce qu'ils en ont peur. Oui, la liberté sexuelle dérange, surtout celle des femmes, car elle dit merde au patriarcat, à l'establishment, à l'Histoire.

Fragile sexualité

La vie est ainsi faite, cruelle, que c'est à l'adolescence, quand le groupe joue un rôle crucial dans la constitution de l'identité d'un individu, que l'on découvre en général la sexualité. Combien de conversations sur "qui l'a déjà fait", de remarques déplacées sur "celles qui vont aux chiottes avec les mecs", de rumeurs ou de mots échangés par textos sur unetelle "à gros seins" ou unetelle "qui salive trop en embrassant".

Le problème, c'est qu'il n'y a rien de plus fragile et vulnérable que la sexualité. C'est un château de cartes en cristal prêt à s'effondrer à tout moment, surtout quand on est jeune. Il faut apprendre à assumer son désir, déchiffrer les soubresauts de son corps, être à l'écoute quand il dit qu'on va trop loin – ou pas assez.

Les femmes mettent suffisamment de temps pour apprendre à se connaître (on n'enseigne pas tous les rouages du clitoris et du vagin en cours de SVT...) pour qu'on leur foute la paix quand elles trouvent enfin le chemin du plaisir, qu'il s'agisse de pratiques sexuelles ou juste de séduction. Vêtements, talons, maquillage, rien ne justifie une intrusion dans la vie privée d'autrui. Le corps d'une femme et son apparence n'appartiennent qu'à elle.

Du harcèlement sexuel à part entière

Regarder par le trou de la serrure, la pratique a toujours existé. Inoffensif voyeurisme. Avec les réseaux sociaux, elle s'amplifie et dépasse le cadre du simple amusement individuel (répréhensible, mais limité et souvent tu). Des milliers de personnes connaissent désormais l'existence de Léa, de son petit ami, de la façon dont, ce jour de mars, elle a fait l'amour. Ce qui devait rester un événement intime est devenu, en l'espace d'un snap, un événement national.

Comment éviter que ce genre de mise à l'index ne se reproduise à l'avenir ? Au ministère de l'Education nationale, des campagnes ont été lancées contre le harcèlement scolaire. Peut-être devraient-elles prendre davantage en compte ce type de comportement. Il y aurait sûrement aussi un travail à faire du côté de l'éducation sexuelle au collège et au lycée, qu'on aborde trop de son point de vue technique (la capote, les gamètes) et moins psychologique.

Qu'on ne s'y trompe pas. Si le viol est un crime à part entière, et non pas un délit, ce n'est pas un hasard. Cet espace physique et mental, épicentre de la psyché et source de mille et un délires potentiels, a droit au respect absolu. En matière de sexualité, il n'y a qu'une règle, celle du consentement. Léa était-elle consentante ? Oui. Alors, dans ce cas, rideau.

À voir aussi sur konbini :