AccueilÉDITO

Vidéo : pour gagner autant que les hommes, les femmes devraient commencer à travailler 10 ans avant eux

Publié le

par Sophie Laroche

Travailler à 9 ans pour gagner autant qu'un homme ?

C'est Cheek Magazine qui a mis en lumière cette vidéo, passée quelque peu inaperçue en France au moment de sa sortie fin février dernier. Le spot de deux minutes met en scène une fillette de neuf ans quittant l'école pour se lancer dans la vie active, encouragée par un père terrifié par les inégalités salariales.

On la retrouve ainsi en costume dans un bureau, endossant des responsabilités d'adulte. Le message est percutant : pour qu'une femme puisse gagner autant qu'un homme au cours de sa vie, cette dernière devrait commencer à travailler dix ans avant lui.

L'Equal Pay Day et les initiatives féministes

Cette vidéo a été réalisée dans le cadre de l'Equal Pay Day (journée de l'égalité salariale), une initiative de l'association Business Professional Women, qui calcule depuis 2004 la date jusqu'à laquelle les femmes devraient travailler pour combler leur écart salarial avec les hommes sur l'année civile précédente. En France, cette date correspond au 31 mars.

Ce n'est pas la seule initiative visant à dénoncer l'inégalité salariale qui existe dans l'Hexagone. En 2016, la newsletter féministe Les Glorieuses dénonçait cette disparité en désignant le 7 novembre à 16 h 34 comme le moment où les femmes arrêtent d'être payées à hauteur du salaire des hommes.

Une date symbolique qui a marqué le début d'un mouvement de mobilisation, que ce soit sur les réseaux sociaux ou lors de rassemblements appelant les femmes à arrêter de travailler pour réclamer des salaires égaux. Un mouvement qui imitait celui des Islandaises, qui avaient élu le 24 octobre comme jour pour manifester leur mécontentement.

Les chiffres des inégalités salariales

Selon l'Insee, en 2013, les femmes gagnaient mensuellement 19 % de moins que les hommes pour le même emploi occupé. Un constat choquant qui devient encore plus alarmant quand on se rend compte que les femmes sont moins souvent promues que les hommes sur les emplois les mieux rémunérés. Le Monde estime que l'écart représente 60 % pour les femmes de 50 ans, et atteint 64 % à la veille de la retraite.

Et si les femmes sont de plus en plus diplômées et commencent à être plus représentées dans certains postes auxquels elles n'accédaient auparavant que très peu, elles restent une minorité. En effet, la part de femmes diplômées du supérieur est passée de 23 % à 30 % depuis 1995 ; cependant, elles ne constituent que 35 % des cadres en 2010.

Concernant les 1 % des personnes les mieux rémunérées : la part des femmes est passée de 5 % dans les années 1970 à 16 % en 2012, ce qui reste aussi très peu. Ainsi, si l'écart diminue, le changement reste très lent. Le rapport 2016 du Forum économique mondial (WEF) sur la parité homme/femme estimait que l'égalité salariale pourrait devenir une réalité mondiale dans 170 ans, soit en 2186.

À voir aussi sur konbini :