AccueilÉDITO

"Post-vérité", "hacktivisme", "ubérisation" : les dictionnaires français ajoutent 350 mots en 2018

Publié le

par Thibault Prévost

Le Petit Larousse et Le Robert illustré ont chacun annoncé la liste des ajouts à leurs prochaines éditions : 150 mots pour le premier, 200 pour le second.

Comme chaque année, la liste des noms, prénoms, locutions, ex-néologismes, expressions idiomatiques, anglicismes et autres exotismes ayant mérité de rejoindre les rangs de la langue française officielle vient d’être dévoilée par les deux ouvrages de référence, les dictionnaires Petit Larousse et Le Robert, rapporte Le Monde ce 30 mai. Pour leurs éditions 2018 respectives, les deux marques ont annoncé l’ajout de 150 et 200 mots représentatifs des évolutions linguistiques de la société française contemporaine. Politique, cuisine, art de vivre, technologie… aucun champ lexical ou presque n’échappe à sa mise à jour.

En politique, tout d’abord, l’essentiel "post-vérité" a bien gagné sa place parmi les mots dans le dictionnaire français après avoir servi de réceptacle à tous les délires politiques de ces douze derniers mois, tout comme les inévitables "ubérisation" - Emmanuel Macron appréciera -, "burkini", "djihadisme" ou"déradicalisation". En ces temps de montée des populismes européens, "europhobe" et "européiste" font également leur entrée. Et avec la rentrée sociale orageuse qui s’annonce, les CRS pourront désormais parler officiellement de "tonfa" et de "désencerclement" pour nettoyer les manifestations, voire la "jungle" de Calais, qui existe désormais dans Le Robert.

Une cinquantaine de personnalités ajoutées

Côté société, les "flexitariens", des "végétariens" autoproclamés qui s’autorisent une petite entrecôte discrète de temps en temps parce que quand même la viande c’est vachement bon, sont désormais enregistrés au dico. Tout comme les tribus sociales des hipsters – il était temps –, "gameurs" (avec un "u", oui) et fans de la culture "kawaï" et du "kirigami" (l’art japonais du papier découpé). Niveau technologie, le "like" gagne finalement sa place dans le dico, "googliser" devient un verbe à part entière (avec sa variante "googler"), "retweeter" aussi, et "influenceur" sur les réseaux sociaux est désormais un métier, à base de "gif" et de "phablettes". Niveau argot régional et francophone, la cuvée 2018 est d’ores et déjà millésimée avec la "cramine", venue de Suisse, qui désigne un froid intense, le "babache" nordique, qui désigne quelqu’un de gentiment stupide, mais aussi les verbes "bisser" (inviter quelqu’un à danser) ou "faroter" (synonyme de "frimer"), qui viendront ajouter quelques agrumes inédits à votre vocabulaire.

Si les noms communs ont débarqué en escadron dans les deux dictionnaires classiques, il en est de même des noms de personnalités qui ont marqué l’année écoulée. Au total, plus d’une cinquantaine de personnes font leur entrée, issues de la politique, du monde du spectacle ou des milieux intellectuels. Parmi eux, en vrac, les artistes JR et Annie Leibovitz, les acteurs Omar Sy ou Catherine Frot, les athlètes Nikola Karabatic et Martin Fourcade (qui, au vu de leurs palmarès respectifs, devraient même être en page de garde), l’économiste Jean Tirole et une flopée d’autres grands noms de la culture française et internationale. On ne vous mettra pas la liste complète des additions de la cuvée 2018 mais elles reflètent plutôt bien les concepts, idées originales et débats qui ont émaillé ces derniers mois complètement dingues. Googlez-moi plutôt ça au lieu de faroter, bande de hipsters flexitariens, ou j’appelle Karabatic pour distribuer du tonfa.

À voir aussi sur konbini :