AccueilÉDITO

Politique-fiction : ce que l'Amérique de Trump pourrait faire aux femmes

Publié le

par Lydia Morrish

Politique-fiction : ce que l'Amérique de Trump pourrait faire aux femmes

Un essai de politique-fiction qui fait froid dans le dos…

Il semble que les États-Unis sont appelés à connaître de rapides changements avec Donald Trump à la tête du pays. Mais c'est pour les femmes que la situation risque de changer, et plus particulièrement les femmes de couleur.

La victoire de Donald Trump n'est pas uniquement due au fait qu'Hillary Clinton soit une femme, mais il est indéniable que cela a joué un rôle. Cette élection nous aura donc prouvé qu'un homme peut remporter la bataille contre une femme, et ce en dépit d'une personnalité affreuse, simplement parce qu'il parle plus fort et qu'il ment plus facilement. Et même lorsqu'il affirme savoir mieux que les femmes ce qui est important pour elles.

L'élection a donc été remportée par la misogynie et le racisme. Mais quel sera l'effet d'une présidence Trump sur le droit des femmes ?

Les hypothèses développées ci-dessous se basent sur les promesses de campagne de Donald Trump. Elles pourraient donc arriver, maintenant que le candidat républicain a accédé à la présidence, avec le Parlement et la Cour suprême de son côté. On préfère vous prévenir, ça n'est pas rose.

L'agression sexuelle sera banalisée

En 2013, Donald Trump a tweeté le message suivant:

"26 000 agressions sexuelles non rapportées dans l'armée, seulement 238 condamnations. À quoi s'attendaient ces gros malins en mélangeant les hommes et les femmes ?"

En élisant un homme qui incite au harcèlement sexuel en le qualifiant de "conversation de vestiaire", les États-Unis envoient au monde un signal dangereux : les violences contre les femmes sont acceptables.

Après des décennies de luttes féministes pour en finir avec la culture du viol, l'élection de Donald Trump n'a rien de rassurant.

La parole publique des victimes d'agressions sexuelles et de viols sera-t-elle autant entendue dans l'Amérique dirigée par un misogyne ? Sous Trump, les filles pourraient bien apprendre que le harcèlement sexuel n'est pas si grave…

Chargement du twitt...

La misogynie va devenir cool

Les Américains ne seront-ils pas tentés d'imiter le comportement déplorable de leur prochain président vis-à-vis des femmes. La misogynie redeviendra-t-elle cool ?

Les ultraconservateurs, soutiens de Trump dès la première heure ne font pas mystère de leur haine des homos, des Noirs et des étrangers. Ce mouvement, qui prend de l'ampleur, serait heureux d'en découdre avec le féminisme pour un bon nombre de raisons. L'état d'esprit de ces ultraconservateurs, relayés par Trump, ne risque-t-il pas de s'étendre à une portion plus vaste de la population ? Auquel cas, on verrait la droite ultraconservatrice légitimer l'infériorité des femmes.

L'avortement sera pratiquement impossible

Même si le magnat des médias a essayé de rester vague sur l'avortement et que son opinion sur le sujet a quelque peu changé au fil des années, ses dernières prises de position consistent à dire que les femmes qui avortent devraient être poursuivies en justice.

En 1999, l'homme d'affaires avait déclaré être très "pro-choix", mais récemment, il s'est dit "pro-vie". Depuis, Donald Trump a déclaré qu'il était opposé à l'avortement sauf en cas de viol ou d'inceste, ou de danger pour la vie de la mère.

Il a également déclaré qu'il mettrait fin aux subventions accordées au planning familial américain, parce qu'il aide des femmes à accéder à l'avortement. Ce qui rendra également les solutions contraceptives beaucoup plus difficiles à obtenir.

Les femmes de couleur disparaîtront à nouveau du débat public

On ne dit pas qu'Hillary Clinton était la candidate parfaite pour les Américaines et la démocratie. Mais au moins, sous sa présidence, les femmes auraient été plus impliquées au cœur de l'appareil d'État.

Avec Donald Trump et son manque de respect pour les personnes de couleur et les minorités, la Maison-Blanche risque d'être vraiment très blanche. Il va succéder aux Obama, premier couple présidentiel à avoir abordé ouvertement les problèmes raciaux aux États-Unis. Trump était aussi soutenu par le KKK pour sa proposition d'interdire l'accès du pays aux musulmans.

Melania Trump, la nouvelle First Lady...

Essuyez vos larmes, tout n'est pas si terrible. La misogynie sera répandue, l'avortement interdit, et ce sera cool de faire des blagues sur le viol. Mais, il y aura une nouvelle First Lady, Melania Trump.

Elle va vite nous faire oublier la classe de Michelle Obama, tout en pillant allègrement ses discours. Donc tout va bien...

À voir aussi sur konbini :